Jeunesse

Les P’tites poules (françaises) sont un véritable phénomène en Chine

Photo DR PKT JEUNESSE

Les P’tites poules (françaises) sont un véritable phénomène en Chine

La série d’albums de Pocket jeunesse, qui vient de fêter son 20e anniversaire, connaît une gloire immense auprès des enfants chinois. 58 millions d’exemplaires ont été écoulés. 
 

J’achète l’article 1.50 €

Par Pierre Georges,
Créé le 05.03.2021 à 17h30,
Mis à jour le 08.03.2021 à 10h27

Le phénomène est assez rare pour être relevé : une série d’albums jeunesse français, Les P’tites Poules (publié en France chez Pocket Jeunesse), cartonne dans les meilleures ventes de livres en Chine. Le classement des best-sellers est sans appel : sur les 20 meilleures ventes d’illustrés sur le marché chinois en janvier 2021, se retrouvent pas moins de 12 albums des P’tites poules de Christian Jolibois et Christian Heinrich. Le premier album, publié en français sous le titre La petite poule qui voulait voir la mer, se hisse à la 4e place des meilleures ventes chinoises. Et alors que la série jeunesse vient de fêter son 20e anniversaire, les chiffres annoncés par Pocket Jeunesse sont colossaux : 58 millions d’exemplaires ont été écoulés à fin 2019. 
 
« Les auteurs sont allés plusieurs fois en Chine et ont pu se rendre compte de leur statut de stars », raconte Julie Buffaud, responsable des Droits dérivés chez Pocket Jeunesse. « C’est Nathan Jeunesse qui représente historiquement la série et a permis la collaboration avec 21st Century en Chine », précise-t-elle. Une collaboration chinoise qui a commencé en 2007 avec la publication de La petite poule qui voulait voir la mer. Aujourd’hui, tous les titres de la série sont disponibles en Chine, la plupart en grand format cartonné et en broché, que ce soit en chinois ou même en anglais pour certains. Des peluches, des porte-clefs, des kit de calligraphie et un coffret à thé comptent parmi les produits dérivés distribués en Chine, alors qu’un film d’animation devrait voir bientôt le jour. 
 
Comment expliquer cet engouement des enfants de l’Empire du milieu pour des petites poules françaises ? « Le dessin, l’humour (français) et l’intelligence des textes plaisent beaucoup là bas », avance Julie Buffaud. « Mais pas seulement », poursuit-elle. « L’équivalent du titre de la série est “Carmela hors du commun”, car les membres de sa famille (Carmela c’est la maman, Pitikok le papa, Carmen et Carmelito sont leurs enfants) sont curieux et ont le courage d’entreprendre ce que leurs congénères n’imaginent même pas. Ils osent rêver, tenter des choses, sont courageux et libres ! ». 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités