Les journaux intimes de Jane Birkin en septembre | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec afp, le 05.01.2018 à 18h24 (mis à jour le 08.01.2018 à 09h06) A paraître

Les journaux intimes de Jane Birkin en septembre

Jane Birkin

La chanteuse et comédienne Jane Birkin traduit actuellement ses journaux intimes en vue d'une publication à la rentrée prochaine.

La chanteuse et actrice Jane Birkin est en train de traduire en français les journaux intimes qu'elle tient depuis l'âge de 12 ans pour qu'ils soient publiés en septembre chez Fayard, comme nous l'a confirmé l'éditeur, et non pas chez Grasset comme le quotidien Le Populaire du Centre et l'AFP l'avaient mentionné. Elle s'est confié sur cette parution à l'occasion d'un concert à l'Opéra de Limoges prévu mercredi prochain.

"Ce ne sera surtout pas une autobiographie. Je suis en train de les traduire moi-même. Je ne veux pas que ce soit traduit par quelqu'un d'autre dans un français trop parfait sinon on ne me reconnaîtrait pas. Je ne changerai pas un seul mot. Je couperai certains passages pour éviter de blesser certaines personnes. Mais je me suis interdit d'enjoliver les choses ou de me donner un meilleur rôle", explique la chanteuse. 

"C'est un travail très honnête. Je ne sais si ça aura un grand intérêt mais il y a des anecdotes qui sont très drôles", poursuit l'artiste de 71 ans qui dit avoir arrêté ce journal à la mort de sa fille Kate, en décembre 2013.

Un livre pour réconforter les gens

"J'ai livré la plupart des anecdotes aux journalistes dans des interviews pendant 50 ans. En relisant ces journaux, je me suis aperçue d'un manque de confiance en soi, de la terrible honte de son propre corps, de la terreur que les gens que j'aimais me quittent pour d'autres. Je pense que ces carnets pourraient réconforter des gens car on y découvre quelqu'un de tout à fait instable", dit-elle.

"Dans ces carnets, je ne fais aucune mention de ma vie professionnelle, de mes films et de mes chansons. Juste mes amours passionnées et mes enfants. A la mort de Kate, j'ai perdu confiance en moi en tant que mère. Je ne savais plus quoi faire après. Ma seule vraie consolation ça a été les gens", dit-elle, ajoutant : "La rencontre avec les êtres humains a toujours été ce qui m'intéressait le plus gens. Quand j'étais à l'hopital pour soigner ma maladie, je me suis rendu compte que je ne servais à rien. Je me suis rendu compte que chanter et parler c'est là que j'étais un peu douée et heureuse. Et comme maman aussi. mais pas vraiment dans le cinéma."

Jane Birkin a déjà publié sa pièce de théâtre Oh! pardon tu dormais... chez Albin Michel en 1999 et le beau-livre de photos Attachments aux éditions La Martinière en 2014.
 

Auteur cité (1)

Article lié (1)

close

S’abonner à #La Lettre