Les grands axes de "Francfort en français" dévoilés en présence de Manuel Valls | Livres Hebdo

Par Marine Durand, à Francfort, le 20.10.2016 à 14h47 (mis à jour le 20.10.2016 à 19h22) Francfort 2016

Les grands axes de "Francfort en français" dévoilés en présence de Manuel Valls

Manuel Valls à Francfort - Photo PHOTO OLIVIER DION

Le premier ministre Manuel Valls a pris la parole lors de la conférence de lancement de l'invitation d'honneur de la France à Francfort en 2017, évoquant l'amitié franco-allemande et les problématiques touchant l'industrie du livre, avant que ne soit dévoilées les grandes lignes de la manifestation.

Jeudi 20 octobre à la Foire du livre de Francfort, les organisateurs de "Francfort en français", le nom donné à l'invitation d'honneur de la France à la foire 2017, ont donné quelques précisions sur le programme de la manifestation lors d'une conférence de lancement à laquelle a pris part le premier ministre Manuel Valls. Après quelques mots, successivement, du directeur de la Foire, Juergen Boos, du maire de Francfort, Peter Feldmann, de la directrice générale déléguée de l'Institut français, Anne Tallineau, et du commissaire général de l'événement, Paul de Sinety, le premier ministre a été invité à prendre la parole, lui qui avait confirmé, en septembre 2014 lors d'un déplacement à Berlin, que la France acceptait l'invitation de la Foire de Francfort.

"Formidable"

Dans l'espace "Harmonie" de la foire, devant des journalistes français et allemands, des représentants des nombreuses structures coorganisatrices avec l'Institut français (le Bief, le SNE, le CNL, l'ambassade de France en Allemagne), des partenaires de la manifestation (la BNF, Arte, l'Office franco-allemande pour la jeunesse) et quelques éditeurs, comme Françoise Nyssen, la directrice d'Actes Sud ou Alain Kouck, le président d'Editis, Manuel Valls a souligné la "formidable opportunité" pour la France et l'Allemagne, et le "formidable moment de culture" que constitue la manifestation, au programme "novateur et prometteur". 

"Il faut redonner envie de France à la jeunesse allemande, il faut redonner envie d'Allemagne à la jeunesse française", a martelé le premier ministre, accompagné de la ministre de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay, ajoutant que la "coopération politique" ne permettrait pas de maintenir "la force du couple franco-allemand" sans "la culture pour rapprocher nos peuples". Manuel Valls a profité de sa prise de parole pour rappeler que le livre représente la première industrie culturelle en France, et pour évoquer ses problématiques spécifiques telles que les débats sur le droit d'auteur actuellement en cours à Bruxelles. "Il faut rééquilibrer le rapport de force entre les artistes, qui créent la valeur, et les plateformes" de diffusion, a-t-il affirmé, insistant sur le combat à mener pour la sauvegarde des financements.

La langue française à l'honneur

Avant d'aller rencontrer les éditeurs français autour du stand du Bief dans les allées de la foire, Manuel Valls a donné quelques informations sur la programmation de Francfort en français, expliquant que "la langue française, la 2e langue la plus traduite en allemand", serait mise à l'honneur, sur le pavillon pendant la Foire, du 10 au 15 octobre 2017, mais aussi tout au long de l'année dès mars prochain, à travers diverses manifestations en Allemagne (et notamment le départ du Tour de France à Dusseldorf).

Aux côtés d'Anne Tallineau, du conseiller littéraire Frédéric Boyer, de Gabriel de Montmollin, de l'association suisse des diffuseurs, éditeurs et libraires, d'Anna Quadflieg, du Centre Wallonie-Bruxelles, et de Fabrice Gabriel, directeur de l'Institut français de Berlin, Paul de Sinety a précisé le programme, placé sous le signe de la diversité de la langue française. 

Francophonie à l'honneur

Parmi les écrivains francophones qui participeront à une tournée de rencontres en Allemagne, le commissaire général a confirmé la présence, entre autres, de Wajdi Mouawad, Alain Mabanckou et Yasmina Reza. Au-delà des auteurs de littérature et de bande dessinée suisses, des poètes et musiciens suisses devraient faire partie du projet. Le pavillon d'honneur comprendra un grand espace dédié à l'histoire du livre et de l'édition, ainsi qu'un lieu de rencontre où le public et les professionnels pourront notamment échanger avec une vingtaine d'éditeurs francophones d'Afrique et du Maghreb, invités pour l'occasion.

Interrogé, enfin, sur le budget de Francfort en français, Paul de Sinety a indiqué que les organisateurs "avaient quasiment l'assurance de réunir" les 4,8 millions d'euros nécessaires au projet, sans toutefois dévoiler le nom des mécènes privés s'ajoutant aux financements publics.
 

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre