Les correcteurs font entendre leurs revendications Porte de Versailles | Livres Hebdo

Par Hervé Hugueny, le 23.03.2017 à 22h39 (mis à jour le 23.03.2017 à 23h01) LIVRE PARIS 2017

Les correcteurs font entendre leurs revendications Porte de Versailles

Manifestation des correcteurs à l'inauguration de Livre Paris 2017 - Photo OLIVIER DION

Les travailleurs à domicile ont manifesté à l'inauguration du salon Livre Paris.

"Savez-vous que les éditeurs ubérisent leurs correcteurs ?" questionnait le tract que les travailleurs à domicile (TAD) ont distribué par centaines aux visiteurs professionnels lors de la soirée d'inauguration de Livre Paris, jeudi 23 mars. Comme ils l'avaient fait lors de la remise du prix Goncourt en novembre, les correcteurs ont profité d'un événement médiatisé pour faire connaître leurs revendications et dénoncer la précarité de leurs conditions de travail.

Les discussions sur la révision et l'application de l'annexe IV de la convention collective de l'édition ont démarré l'été dernier. Cette annexe encadre le statut des TAD parmi lesquels les correcteurs sont les plus nombreux. Les négociations n'ont pas encore abouti, la prochaine réunion est prévue fin avril.

Contrats d'auto-entrepreneurs exigés

Un correcteur "n'a aucun revenu fixe et prévisible, doit se tenir en permanence à la disposition de l'entreprise qui l'emploie, est payé à la tâche, n'a aucune compensation financière si un manuscrit est retardé ou annulé, cotise comme tous les salariés, mais n'a pas droit aux allocations chômage", affirme leur tract.

Les TAD combattent les contrats d'auto-entrepreneurs que les éditeurs exigent de plus en plus souvent, et souhaitent un lissage de leur activité sur une base annuelle, avec une compensation financière en cas de baisse. Le Syndicat national de l'édition n'est pas opposé au principe concernant le second point, mais propose de l'appliquer dans des conditions que les TAD jugent inopérantes.
close

S’abonner à #La Lettre