Lectures libres en prison | Livres Hebdo

Lecture "Facile à lire" de la compagnie Udre-Olik dans la cour de promenade du centre pénitentiaire des femmes de Rennes, le 26 février. - Photo COMPAGNIE UDRE-OLIK

Livre et lecture en Bretagne, établissement régional de coopération culturelle, a lancé un ambitieux projet pour favoriser la lecture dans les sept prisons de son territoire. Mené en partenariat avec la mission Lecture/Justice gérée par la Ligue de l’enseignement, ce programme original, baptisé "Quartier livre", s’inspire à la fois des petites bibliothèques de rue et du programme "Facile à lire", une sélection de livres de lecture aisée, développé notamment aux Pays-Bas. L’objectif : mettre à disposition des livres en dehors des murs de la bibliothèque, dans les lieux de vie des détenus. "Toutes les prisons bretonnes disposent d’une bibliothèque, mais beaucoup de détenus ne s’y rendent pas car ce n’est pas une démarche naturelle pour eux", constate Christine Loquet, chargée des publics éloignés à Livre et lecture en Bretagne.

Dans chaque établissement, du mobilier spécifique a été conçu pour accueillir une sélection d’au moins 70 livres choisis parmi la centaine de références de la liste "Facile à lire" établie par Bibliopass, un cabinet de formation et de conseil en accessibilité. Au centre pénitentiaire des femmes de Rennes, des niches à livres créées par un designer ont trouvé place dans la cour. Idem à la maison d’arrêt de Saint-Malo. Parfois, comme à Brest, ce sont les détenus qui ont construit les présentoirs, modulables et transportables afin de pouvoir être installés dans différents lieux (gymnase, ateliers). "Cela constitue une belle victoire car en prison, il est très difficile d’investir ces espaces, habituellement peu accessibles, se réjouit Christine Loquet. Cela nécessite de surmonter la complexité administrative, de s’adapter aux impératifs de sécurité, de convaincre de l’intérêt d’un tel projet."

La médiation constitue un volet important du programme. Les enseignants et les coordinateurs culturels des prisons ont reçu une sensibilisation au "Facile à lire". Plusieurs artistes interviennent, comme la compagnie Udre-Olik qui a déclamé des textes "Facile à lire" dans les deux établissements rennais. A la maison d’arrêt de Saint-Brieuc, une résidence d’auteur, mise en place du 26 avril au 3 juin en partenariat avec la bibliothèque municipale André-Malraux, accueillera l’écrivaine Laurence Vilaine qui animera des ateliers d’écriture avec les détenus. Véronique Heurtematte

Thématique

Auteur cité (1)

close

S’abonner à #La Lettre