Prix littéraire

Le premier Prix Guez de Balzac couronne Michel Deguy

Photo PHIL JOURNÉ

Le premier Prix Guez de Balzac couronne Michel Deguy

La première édition du prix Guez de Balzac a célébré Michel Deguy, ancien rédacteur en chef de la revue Po&Sie et ancien président du Collège International de Philosophie et de la Maison des écrivains. 

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 21.10.2021 à 19h16,
Mis à jour le 21.10.2021 à 20h00

La première édition du prix Guez de Balzac a consacré le poète et essayiste Michel Deguy, pour l'ensemble de son "œuvre littéraire qui, par son style, illustre le génie de la langue française". 

Son dernier ouvrage, L'amitié avec Claude Lanzmann (La Rumeur libre), est un recueil de textes consacrés à l'œuvre du journaliste et réalisateur Claude Lanzmann ainsi qu'à de nombreuses réflexions sur l'héritage de son travail de mémoire et sur l'avenir de la judéité et de la notion d'universel.

Né en 1930, Michel Deguy est professeur émérite de l’université Paris VIII. 
Il a successivement présidé le Collège International de Philosophie de 1989 à 1992 et la Maison des écrivains de 1992 à 1998. Il est le créateur de la revue Po&sie. Durant sa carrière, il a reçu le Grand prix de la poésie de la SGDL, le Grand prix de la poésie de l'Académie française en 2004, et le Goncourt de la poésie Robert Sabatier, en 2020. Ancien membre du comité de lecture de Gallimard, professeur et critique, Michel Deguy est également philosophe. 

Le poète a derrière lui une œuvre monumentale. Parmi ces ouvrages, on peut retrouver Poèmes et tombeau pour Yves Bonnefoy (Robe Noire, 2018), A ce qui n'en finit pas : thrène (Seuil, 2017), La vie subite : poèmes, biographèmes, théorèmes (Galilée, 2016), Prose du suaire (Al Manar, 2015), Michel Deguy à l'œuvre : poésie & poétique (Hermann, 2015), L'énergie du désespoir ou D'une poétique continuée par tous les moyens (PUF, 1998). 

Baptisé Prix Guez de Balzac, le nouveau prix de l’Académie française est doté de 40 000 euros. Il célèbre "une œuvre littéraire qui, par son style, illustre le génie de la langue française" précise l'institution. La récompense littéraire honore la mémoire l'écrivain angoumois Jean-Louis Guez de Balzac (1597-1654), surnommé "le restaurateur de la langue française", qui a fondé le premier des prix académiques. 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités