RNL 2015

Le plan librairie fait l'objet d'un premier bilan

Bilan du Plan librairie aux RNL 2015 à Lille - Photo OLIVIER DION

Le plan librairie fait l'objet d'un premier bilan

C'est en présence de la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin que s'est déroulée, lundi 22 juin à Lille, la table ronde présentant un premier bilan des mesures du plan librairie, annoncé il y a deux ans aux précédentes rencontres de la librairie à Bordeaux.

J’achète l’article 1.50 €

Par Clarisse Normand,
à lille,
Créé le 22.06.2015 à 14h45,
Mis à jour le 23.06.2015 à 11h15

Animée par Matthieu de Montchalin, président du Syndicat de la librairie française et patron de L'Armitière à Rouen, la table ronde dressant un bilan du plan librairie a fait salle comble lundi 22 juin, aux Rencontres nationales de la librairie à Lille, où était présente la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin. 
 
Tandis que Nicolas Georges, directeur du livre et de la lecture au ministère de la Culture et de la Communication, a rappelé le cadre dans lequel s'est mis en place le plan, faisant remonter sa genèse aux premières rencontres de Lyon en 2011, Laurence Engel, en tant que premier médiateur du livre, a expliqué sa fonction encore mal connue des professionnels, en mettant l'accent sur sa mission de régulation pour que soient respectées les lois de 1981 et 2011 sur le prix des livres. 
 
Soulignant lui aussi l'importance des premières Rencontres de Lyon dans la prise de conscience des difficultés des libraires, le président du Centre national du livre, Vincent Monadé a rendu compte de l'octroi, comme prévu, d'aides à l'Ifcic et à l'Adelc, pour des montants respectifs de 5 et 4 millions d'euros, et de l'augmentation du budget du CNL à hauteur de 2 millions. Ce dispositif lui a notamment permis de soutenir des points de ventes qui ne rentrent pas dans les critères habituels et ainsi d'aider au maintien du maillage du territoire. De manière plus qualitative, il a évoqué la forte médiatisation des librairies depuis Lyon et le changement de regard porté par le public sur ce réseau de qualité.

Sylvie Marcé, vice-présidente du SNE et P-DG de Belin, a pour sa part restitué l'intervention des éditeurs dans le cadre du projet de baisse de TVA de 5,5% à 5%, finalement annulé, et ainsi justifié le fait que l'objectif d'aide de 7 millions à l'Adelc n'ait pas été tenu. Sans donner de chiffres, elle a toutefois annoncé un doublement des sommes apportées par les éditeurs à l'Adelc et mentionné d'autres types de soutien réalisés, dont des reprises de magasins Chapitre.

Par rapport aux sommes reçues du CNL, Sébastien Saunier, directeur des crédits aux entreprises à l'Ifcic, a expliqué qu'elles avaient, conformément à leur objet, permis d'octroyer une cinquantaine d'avances de trésorerie pour un montant de 1,5 million d'euros et que dans la foulée les librairies avaient pu obtenir des crédits bancaires supplémentaires pour 2,5 millions d'euros.

Enfin Didier Grevel, directeur général de l'Adelc, révèlait que les 4 millions venus alimenter le fonds de transmission avait permis d'aider la reprise de 31 librairies dont 10 magasins Chapitre, pour un montant de 2,6 millions.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités