Le parrain du manga Kazuo Koike est mort | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, le 19.04.2019 à 14h37 (mis à jour le 19.04.2019 à 15h00) Disparition

Le parrain du manga Kazuo Koike est mort

Kazuo Koike - Photo CAPTURE D'ÉCRAN YOUTUBE

Le maître du gekiga et mentor de toute une génération de mangakas s'est éteint mercredi 17 avril à l'âge de 82 ans.

Le scénariste de manga Kazuo Koike, figure incontournable du gekiga, genre de bande dessinée pour adultes, s'est éteint le 17 avril à l'âge de 82 ans. Ses trois œuvres principales ont été éditées en France : Lone Wolf and Cub (Panini Comics, 2003-2010),  Lady Snowblood (Kana, 2007-2008) et Crying Freeman (Glénat, 1995 ; Kabuto, 2005).

Né en 1936, dans la préfecture d'Akita au Japon, Kazuo Koike démarre sa carrière en tant qu'assistant pour le manga Golgo 13 (Glénat, 2006) de Takao Saito après avoir échoué à devenir avocat. Au début des années 1970, il fonde son propre studio et se fait connaître pour ses gekigas, des mangas aux histoires sombres destinés à un lectorat averti.

Lone Wolf and Cub, son premier succès qu'il partage avec le dessinateur Goseki Kojima, narre le parcours d'un rônin et de son jeune fils dans le Japon féodal. Cette œuvre, adaptée de nombreuses fois en séries, films et pièces de théâtre, a exercé une grande influence sur les artistes de bande dessinée, dont le scénariste de comics Frank Miller, qui a réalisé plusieurs couvertures de l'édition américaine.

Il enchaîne par la suite les succès avec de nombreuses séries dont Samurai Executioner (1972, inédit en France), de nouveau avec Goseki Kojima, Offered (1990, inédit en France) avec Ryoichi Ikegami et surtout Lady Snowblood en 1972 avec Kazuo Kamimura, dont Kana a publié en 2017 une version intégrale. Le récit se déroule au début de l'ère Meiji, aux alentours de 1870. Elevée par un maître du sabre, la jeune Yuki se forme au meurtre pour venger l'assassinat de sa famille. Adapté deux fois au cinéma au Japon, le manga a inspiré le réalisateur Quentin Tarantino pour écrire le scénario de son Kill Bill.

Un artiste et un mentor

A partir de 1986, Koike publie la série de seinen Crying Freeman. Paru partiellement chez Glénat en 1995 puis en intégralité chez Kabuto dix ans plus tard, le manga raconte l'histoire d'un potier recruté de force par la mafia chinoise pour devenir tueur. A chacun de ses meurtres, le héros ne peut s'empêcher de pleurer. Le réalisateur français Christophe Gans réalise en 1995 une adaptation particulièrement fidèle, avec Mark Dacascos dans le rôle du tueur.

Réputé pour ses antihéros, Kazuo Koike l'est aussi pour avoir formé toute une génération de talentueux mangakas dans son école de gekigas, qu'il fonde en 1977. Quelques-uns des artistes japonais les plus célèbres des trente dernières années ont fait partie de ses élèves, tels que Tetsuo Hara (Ken le Survivant), Yuji Horii (créateur de la série de jeux vidéo Dragon Quest) et surtout Rumiko Takahashi (Ranma ½, Maison Ikkoku, Inu-Yasha), grand prix de la ville d'Angoulême 2019. Tout comme sa principale disciple, Kazuo Koike fait partie des rares artistes japonais à être entré dans le temple de la renommée Will Eisner, qui distingue de grands auteurs de BD.

En parallèle, de ses activités de mangaka, le scénariste travaillait également pour la télévision, le cinéma et écrivait des chansons. A partir de 2000, il devient recteur à l'université d'Osaka où il enseigne l'art littéraire et le dessin figuratif aux côtés d'un de ses collaborateurs historiques, Ryoichi Ikegami et du créateur du jeu Pac-Man Toru Iwatani.

Au moment de sa mort, l'artiste était hospitalisé pour une pneumonie. Quelques jours plus tôt, il avait posté un tweet saluant la mémoire de son ami et rival de 40 ans Monkey Punch, l'auteur du manga Lupin the 3rd (1967, inédit en France), décédé le 11 avril. "Je me sens seul", écrivait-il.

close

S’abonner à #La Lettre