Roman/France 3 octobre Laurent Gaudé

A l'origine, Salina était une pièce de théâtre conçue comme une tragédie antique, publiée chez Actes Sud-Papiers en 2003 et créée en 2006 au Théâtre National du Nord, à Lille, dans une mise en scène de Vincent Goethals. Si l'histoire de l'héroïne, « enfant-malheur » dans un certain nombre de civilisations africaines, n'a pas changé, si les protagonistes sont demeurés les mêmes, l'auteur, Laurent Gaudé, a apparemment décidé de revisiter son œuvre, afin de la mettre en roman. Il est parvenu à conserver le côté oral et lyrique de son texte, tout en lui insufflant un rythme différent, un esprit plus africain aussi, bien qu'il s'en soit un peu défendu à l'époque. On retrouve dans Salina l'inspiration des premiers romans de Gaudé, notamment La mort du roi Tsongor (Actes Sud, 2002, prix Goncourt des Lycéens), mais une Afrique préhistorique, largement fantasmée, primordiale.


Alternant sans cesse présent et passé, le roman conte la destinée d'une petite fille sans nom, abandonnée il y a bien des années par un mystérieux cavalier dans le village d'un pays sahélien jamais nommé, au pied de l'infranchissable mont Tadma, où vit le clan Djimba, dirigé par le chef Sissoko. Adoptée par la vieille Mamambala, qui la baptise Salina, elle finit par être acceptée et connaît une enfance heureuse. Jusqu'à ce que, à peine pubère, elle soit convoitée, puis mariée de force et violée par le fils aîné du chef, Saro, alors qu'elle est amoureuse du cadet, Kano. Elle lui donne un fils, Mumuyé, qui ne recevra rien d'elle, et le reste de sa vie ne sera plus que le ressassement d'une révolte, d'une vengeance qu'elle porte au plus profond d'elle-même. Bannie après la mort de son époux, elle aura un second fils, le barbare Koura Kumba, qui décimera le clan Djimba. Et puis, miraculeusement, s'en verra confier un dernier, Malaka, lequel prendra soin d'elle, y compris après sa mort. C'est lui, la conduisant à l'île-cimetière dont les portes s'ouvrent rarement, et seulement si la vie du défunt est convenablement contée, de nuit, qui sera le narrateur de toute cette histoire, dont il n'a vécu qu'une partie. Et qui deviendra
légende.


C'est un texte simplement superbe, une parfaite réussite qui unit deux des talents de Laurent Gaudé, le romancier et le dramaturge.

Laurent Gaudé
Salina : les trois exils
Actes Sud
Tirage: 64 000 ex.
Prix: 16,80 euros ; 160 p.
ISBN: 978-2-330-10964-6





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités