Le dessinateur Olivier Cinna est mort | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, avec Editions Dupuis, le 25.03.2019 à 20h54 (mis à jour le 26.03.2019 à 10h37) Disparition

Le dessinateur Olivier Cinna est mort

Olivier Cinna - Photo DUPUIS

Le dessinateur de bandes dessinées Olivier Cinna (Hibakusha, Ordure 1 et 2) est mort à l'âge de 46 ans.

Le dessinariste et coloriste de bandes dessinées français Olivier Cinna est mort à l’âge de 46 ans des suites d’une crise cardiaque.
 
Né le 31 décembre 1972, Olivier Cinna a suivi des études de danse classique au Conservatoire  et des études de dessin aux Beaux-Arts à Caen, avant de poursuivre son apprentissage à l’Institut Saint-Luc à Bruxelles.  

Il publie son premier album de bandes dessinées Mr Deeds, le mystère de l’étoile en juin 2005, scénarisé par Hugues Fléchard, paru aux Éditions Emmanuel Proust, récompensé par le Prix Europe du festival de Bruxelles.
 
En 2011, il commence sa collaboration avec le scénariste Stéphane Piatzszek. le duo sortira trois albums chez Futuropolis : Fête des morts (2011) et les deux tomes d’Ordure, Entrée Nord et Entrée sud (2014 et 2015). Il est alors considéré comme "le maître du noir et blanc" de sa génération par l'éditeur.

Passage à la bande dessinée en couleurs
 
En 2017, Olivier Cinna publie Hibakusha, bande dessinée adaptée d’une nouvelle de Thilde Barboni au sein de la collection "Aire Libre" (éditions Dupuis). Il s’agit de sa première bande dessinée en couleurs. L’auteure et l’illustrateur reçoivent pour cet album le Prix 2017 des Rédacteurs de Scénario. L'album suit Ludwig Mueller, traducteur-interprète allemand, envoyé à Hiroshima pour décrypter des documents secrets, avec une belle Japonaise, qui bouleverse toutes ses convictions.
 
Extrait d'Haïku d'Olivier Cinna - Photo DUPUIS
Toujours du côté du Japon, Olivier Cinna venait de terminer un recueil de dessins japonisants, Haïku, qui sera publié fin mai dans la série des Cahiers Aire Libre (Dupuis). Il s'agit d'un recueil d'estampes du dessinateur représentant, à l'aide de touches de couleurs noires ou rouges, des femmes pensives, belles, sublimes, à la fois poétiques et évocatrices, dans une déclaration d'amour envers le lointain univers nippon.

Il envisageait de publier un nouvel album au sein de la collection "Aire Libre" intitulé Permafrost, qui devait évoquer la banquise et les fonds marins. L'éditeur indique qu'il "avait déjà dessiné une trentaine de planches de ce nouvel opus."
close

S’abonner à #La Lettre