édition

Le CNC lance un appel à candidature pour le 2e prix du Livre de cinéma

Le CNC lance un appel à candidature pour le 2e prix du Livre de cinéma

Le jury présidé par Yasmina Reza révèlera le lauréat du prix du Livre de cinéma en mai. Le CNC a révélé les sept projets de livres sur le cinéma qu'il soutient.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 15.02.2018 à 13h43,
Mis à jour le 15.02.2018 à 14h00

Le CNC (Centre national du cinéma et de l'image animée) appelle les éditeurs à candidater pour son 2e prix du Livre de cinéma. Sont éligibles tous les livres en langue française, édités en France sur ce thème, parus entre le 1er septemvre 2017 et le 26 février 2018.

Les œuvres peuvent relever de l’essai, de l’étude, du beau livre, de la biographie, de l’autobiographie, de la monographie, du dictionnaire, de l’encyclopédie ou de l’anthologie mais les catalogues d’expositions, les publications de scénarii, les traductions, les rééditions ainsi que les ouvrages édités et coédités par des établissements publics ou leurs filiales sont exclus.

Les candidatures, ouvertes depuis le 1er février, seront closes le 26 février (Règlement et formulaire). Le jury, présidé par Ysamina Reza, délibérera en avril pour une proclamation en mai, avant le Festival de Cannes. Le lauréat et l'éditeur recevront 5 000 euros chacun et le livre bénéficiera d'une mise en valeur dans le réseau Fnac.

Le prix du Llivre de cinéma 2017 avait été décerné à l’ouvrage Au travail avec Eustache, de Luc Béraud, édité par l’Institut Lumière et Actes Sud.

Outre ce prix, le CNC avait lancé l'an dernier une aide pour l'édition de livres de cinéma, très fragile, pour contribuer à la cinéphilie et à sa transmission. La prochaine session se déroulera au printemps (Règlement et formulaire). Le jury est identique à celui du prix du Livre de cinéma. Le CNC dispose d'une enveloppe annuelle de 100 000€ et chaque projet peut obtenir de 2 000€ à 10 000€.

La deuxième session qui a eu lieu en décembre a décidé de soutenir sept projets d'ouvrages:
  • Rouch photographe, d’Andrea Paganini (éditions de l’Oeil)
  • Stop-motion. Un autre cinéma d’animation, de Philippe Moins et Xavier Kapa-Topor (éditions Capricci)
  • Syndicalisme et cinéma. Du Front Populaire à la Nouvelle Vague, dirigé par Tangui Perron (éditions de l’Atelier)
  • Contrebandes Godard. 1960-1968, de Pierre Pinchon (éditions Matière)
  • Serge Daney, à plus d’un fil, d’Emmanuel Burdeau (éditions La Découverte)
  • Masterclass Jean-Jacques Annaud, de Stéphane Boudesocq et Jean-Jacques Annaud (éditions Flammarion)
  • La Quinzaine des réalisateurs – les jeunes années (1967-1975), de Bruno Icher (éditions Riveneuve).
Rappelons que la session de printemps avait choisi d'aider six projets de livres:
  • Anthologie du cinéma invisible (vol. 2), dirigé par Carole Aurouet (éditions Jean-Michel Place)
  • Intégrale des écrits d’André Bazin, d'Hervé Joubert-Laurencin (éditions Macula)
  • Les quatre saisons d’ « En sortant de l’école », collectif d’auteurs (éditions Thierry Magnier)
  • Conversations avec Darius Khondji, de Jordan Mintzer (éditions Synecdoche)
  • Jean-Pierre Melville, une vie, d’Antoine de Baecque (éditions du Seuil)
  • Sorcerer, sur le toit du monde, de Samuel Blumenfeld (éditions La Rabbia).

 





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités