Le chiffre d'affaires de Fnac Darty en baisse de 10% au 1er semestre | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, le 29.07.2020 à 18h51 (mis à jour le 29.07.2020 à 19h09) Résultats

Le chiffre d'affaires de Fnac Darty en baisse de 10% au 1er semestre

La devanture de la Fnac à l'aéroport de Nice - Photo FNAC.

Bien qu'affecté par la fermeture des commerces pendant le confinement, le groupe de distribution résiste grâce aux ventes en ligne, qui comptent pour un tiers de ses revenus.

Le chiffre d'affaires du groupe Fnac Darty a baissé de 10% au premier semestre par rapport à l'année dernière pour s'établir à 2,85 milliards d'euros. Le distributeur, spécialisé dans les biens culturels et l'électronique grand public, accuse une perte d'environ 400 millions d'euros imputable à la fermeture des commerces durant le confinement. En France et en Suisse, le repli du chiffre d'affaires n'était que de 8,2% sur le deuxième trimestre et de 9,7% sur le semestre entier, tandis que la chute était plus marquée en péninsule ibérique (Espagne et Portugal), respectivement de 31,6% et 20,5%.

Le résultat net du groupe plongeait dans le négatif au premier semestre, à -76,7 millions d'euros. Le résultat opérationnel courant du groupe s'établissait a -57,6 millions d'euros, en baisse de 104 millions d'euros par rapport au premier semestre 2019, et la marge brute atteignait 844,2 millions d'euros, en baisse également. Fnac Darty explique que son activité a souffert d'un "effet mix produits et services défavorable". La fermeture des magasins a engendré un recul des ventes de produits éditoriaux, dont les livres font partie, "très sensibles aux achats d’impulsion" et une baisse des services "liée à un taux d’attachement structurellement plus faible sur le canal Internet."

Les ventes en ligne décollent

Pour compenser ces pertes, Fnac Darty a mis en place un plan de réduction de ses coûts, dont le chômage partiel fut l'un des piliers. Cette mesure "a permis de réduire significativement les charges de personnel sur le semestre", affirme l'entreprise, dont les dépenses opérationnelles s'inscrivaient en baisse au premier semestre, à 836 millions d'euros, soit 69 millions d'euros de moins qu'en 2019. Le distributeur exclut du calcul les frais liés à l'intégration de Nature & Découvertes.

L'enseigne parvient également à résister grâce à l'afflux sur ses plate-formes de vente en ligne, visitées par plus d'un million de nouveaux clients. 31% des revenus du groupe ont été générés par les achats sur internet sur les six premiers mois de l'année, contre 18% un an plus tôt, et 190000 clients ont adhéré à l'offre Fnac+. Sur la période du confinement, le groupe affiche une croissance de ses sites de e-commerce de 160%.

"Après un début d’année très prometteur, le groupe a su faire face à la crise du COVID-19 en s’appuyant sur ses forces digitales et logistiques pour servir ses clients dans les meilleures conditions possibles, note Enrique Martinez, directeur général de Fnac Darty. La puissance de notre modèle omnicanal a continué de faire ses preuves dans la phase de déconfinement, avec une réouverture de nos magasins à compter du 11 mai et un bon niveau de fréquentation et d’activité, en même temps qu’un maintien de la très bonne dynamique digitale."

Prudence et rigueur

La reprise s'annonce favorable pour Fnac Darty, qui communique un chiffre d'affaires en hausse de 21% au global en juin et de 25% en France et en Suisse par rapport à l'an passé. L'intégration de Nature & Découvertes en 2019 a par ailleurs permis au groupe de générer 56,2 millions de chiffre d'affaires au 1er semestre. Le groupe souligne la "bonne reprise" des magasins de l'enseigne spécialisée dans les produits de bien-être depuis le déconfinement.

Le directeur général de Fnac Darty, Enrique Martinez, reste toutefois prudent : "Dans un contexte de consommation qui restera incertain, nous maintiendrons sur le second semestre une politique de gestion financière très rigoureuse, tout en poursuivant résolument nos priorités business avec l’accélération forte de nos plate-formes digitales, la diversification de nos activités, et le développement de nos offres de services."
close

S’abonner à #La Lettre