Roman/Belgique 5 février Nathalie Skowronek

La fuite et le courage d'être soi traversent toute l'œuvre de l'auteure belge, Nathalie Skowronek. Dans son premier roman Karen et moi comme dans le dernier, Un monde sur mesure, elle s'excusait presque d'exister. Emprunter la voie de la littérature a été un combat. Cette fois, elle s'attaque à celui de l'amour.

« Que savons-nous de l'existence de ceux qui nous entourent ? Que nous montrent-ils d'eux-mêmes » se demandent les proches de Véronique. Apparemment presque rien... Alors que cette femme de 43 ans est retrouvée morte, au cœur des Cévennes, sa vie nous est contée à travers ceux qui l'ont aimée. On nous présente en premier lieu l'éditrice respectée, à la tête des éditions du Pont. Une maison spécialisée dans les artistes oubliés. Côté face, une épouse dévouée. Son mari, Daniel, a adopté sa fille, Mina née d'une union sans fondations. Ils forment une famille unie, un couple stable et harmonieux. Mais un autre homme vit tapi dans l'ombre. Titus Séguier est un grand réalisateur de documentaires. Un jour, il s'intéresse à Jeroen Herst, un peintre flamand du XIXe siècle. Véronique est également en train de travailler sur ce dernier. Leurs chemins devaient fatalement se croiser. « Cet homme m'embarque pour une conversation infinie. »

L'amour s'impose comme une évidence, mais la jeune femme ne l'assume pas. A partir de là, tout se simplifie et pourtant c'est si compliqué. Impossible de trancher entre un époux irréprochable et un amant si aimant. « Daniel était sa famille. Titus son amour. » Un troisième élément vient se dresser entre eux, la culpabilité. Véronique est persuadée que « partir, c'est tuer l'autre. » Elle se demande de quel droit, elle peut briser les êtres qui lui sont le plus attachés. Or combien d'années peut-on vivre dans la clandestinité d'un amour aussi puissant ?

Cette femme, habituellement si franche, ne peut qu'être déchirée. De quoi laminer son cœur fragile. Tous les protagonistes souffrent et cherchent à comprendre les doutes, qui font que ces liens complémentaires ne parviennent jamais à être vécus à part entière. Le roman « laisse à chaque endeuillé le soin de tisser sa propre version de l'histoire ». La vérité n'existant pas, il appartient à chacun de construire la sienne.

Nathalie Skowronek
La carte des regrets
Grasset
Tirage: 5 000 ex.
Prix: 16 euros ; 144 p.
ISBN: 9782246821519

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités