La SCAM et la SACD réagissent au rapport Racine | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, le 28.01.2020 à 18h17 (mis à jour le 28.01.2020 à 19h00) Auteurs

La SCAM et la SACD réagissent au rapport Racine

Le rapport Racine vu par les auteurs par l'illustrateur Coliandre (https://twitter.com/Coliandre) - Photo COLIANDRE

Les deux institutions ont réagi aux propositions contenues dans le rapport Racine, dévoilé le 23 janvier, et destiné à améliorer la situation des artistes-auteurs.
 

La Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD) et la Société civile des auteurs multimédia (SCAM) ont apprécié les propositions contenues dans le rapport Bruno Racine, "L'auteur et l'acte de création". LA SACD salue "un travail inédit et approfondi", en saluant Bruno Racine et l’ensemble des rapporteurs. De son côté, la SCAM "ne peut que soutenir des mesures qui vont dans le sens d’une amélioration de ces conditions". Les deux sont satisfaites que leurs constats aient été entendus et appellent désormais à œuvrer collectivement pour concrétiser ces propositions.

Deux propositions de la mission Racine retiennent particulièrement l’attention de la SCAM dans le rapport : "la détermination d’un taux de référence de rémunération proportionnelle pour les auteurs selon les secteurs" et "l’introduction dans le code de la  propriété intellectuelle d’un contrat de commande rémunérant en droit d’auteur le temps de travail lié à l’activité créatrice".

Travailler en collectif

La SACD, qui participe aux concertations organisées pour mettre en oeuvre les propositions, exige de remettre les auteurs au centre des politiques culturelles comme le président de la République l’avait indiqué au printemps 2019, de renforcer les protections collectives dont les auteurs doivent bénéficier et de conforter les outils et organismes sociaux.

La SCAM tient à souligner que les organismes de gestion collective contribuent de manière utile à la défense des intérêts matériels et moraux de leurs membres et  doivent  pouvoir continuer à œuvrer en ce sens. "Dans un contexte de transformation profonde de l’économie et des métiers, il est urgent d’instaurer un cadre professionnel qui sécurise et renforce la situation des auteurs et des autrices" précise la société.

Main tendue à Franck Riester

La SACD invite d’ores et déjà Franck Riester, ministre de la Culture, à s’inscrire dans une démarche ambitieuse et à profiter du projet de loi sur l’audiovisuel pour rééquilibrer la relation entre les auteurs de l’audiovisuel et du cinéma et les producteurs. Le locataire de la rue de Valois doit faire part part de ses propositions d'ici la mi-février.

La SCAM, quant à elle, est déterminée à poursuivre aux cotés des organismes de gestion collective les actions qui s’imposent pour défendre la création, dans l’intérêt des auteurs et des auteures.
close

S’abonner à #La Lettre