Rentrée littéraire 2021

La rentrée par thèmes : déjà dans l’élection présidentielle 2022

Le Palais de l'Élysée - Photo DR/ÉLYSÉE.FR

La rentrée par thèmes : déjà dans l’élection présidentielle 2022

Chaque lundi, Livres Hebdo vous propose de découvrir la rentrée littéraire 2021 à travers ses sujets les plus marquants.

J’achète l’article 1.50 €

Par Dahlia Girgis,
Créé le 02.08.2021 à 11h00,
Mis à jour le 02.08.2021 à 11h00

L’élection présidentielle approche ! Entre critique, autopromotion ou analyse du système français, les personnalités politiques et chroniqueurs préparent la campagne de 2022, qui élira le nouveau président français. Les titres ne délaissent aucun aspect de la politique. Gauche, valeurs républicaines, écologie, populisme ou encore démocratie, Livres Hebdo vous propose de découvrir certains ouvrages.

Bilan présidentiel
 
  • Quand la connerie économique prend le pouvoir, de Jacques Généreux (Le Seuil, 7 octobre)
L’auteur, enseignant à Sciences Po depuis trente-cinq ans, examine la politique économique menée par Emmanuel Macron depuis qu’il est élu président de la République.
 
  • Comprendre le malheur français : Volume 2, L’épisode Macron : entretiens avec Éric Conan et François Azouvi, de Marcel Gauchet (Stock, 22 septembre)
Rappelant le contexte dans lequel a été élu Emmanuel Macron, celui de la prise de conscience d’une situation politique sans issue, les auteurs analysent le bilan de son quinquennat, passant en revue ses échecs comme ses réussites.
 
  • Le jeu des 7 erreurs (TP), de Guillaume Duval (Les liens qui libèrent, 15 septembre)
Dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022, l’auteur pose un diagnostic du quinquennat Macron et dégage sept erreurs d’évaluation qu’aurait commises le président de la République. Le journaliste identifie différents motifs à ce fourvoiement, de ses projections à sa conception de l’Europe, en passant par son appréhension du peuple français et ses convictions économiques.
 
Jean-Michel Aphatie - Photo DR
  • Les amateurs : les coulisses d’un quinquennat, de Jean-Michel Aphatie (Flammarion, 1er septembre)
De la crise des gilets jaunes à celle de la Covid, une plongée dans les coulisses de la présidence d’Emmanuel Macron.
 
  • Le pouvoir du pire, de Philippe Pascot (Max Milo, 17 août)
Faisant la liste des conséquences des lois relatives à la santé, à la sécurité, à la précarité ou à la fonction publique votées pendant la présidence d’Emmanuel Macron, l’auteur, engagé depuis vingt-cinq ans dans la vie politique, dénonce la guerre menée par les lobbies et leurs inféodés politiques contre les citoyens.

Quels candidats ?
 
  • Les kamikazes, de Bruno Dive (Archipel, 26 août)
L’un des rédacteurs en chef de L’Obs propose un tour d’horizon des futurs candidats à l’élection présidentielle de 2022. Il identifie les forces et les faiblesses de chacun et souligne l’ampleur des défis qui attend celui qui l’emportera. Macron, Le Pen, Bertrand, Hidalgo ou encore Mélenchon et Jadot sont parmi les personnalités présentées.
 
  • Macron-Le Pen : le tango des fossoyeurs, de Charles Sapin et François-Xavier Bourmaud (Archipel, 2 septembre)
Du mouvement des gilets jaunes à la pandémie de Covid-19 en passant par l’insécurité, deux journalistes révèlent les véritables relations, mêlant aversion et fascination, du président sortant et de la représentante de l’extrême droite. Anecdotes et confidences éclairent la manière dont ils ajustent leur stratégie et leurs décisions l’un par rapport à l’autre, asphyxiant toute autre force politique.
 
  • La course à l’Élysée, de Jean-Louis Festjens et les illustrations de Jean-Claude Morchoisne (Archipel, 21 octobre)
Un album caricaturant les candidats à l’élection présidentielle de 2022 en athlètes : la catcheuse Marine Le Pen, Mélenchon le toréador, le gardien de but Xavier Bertrand, le coureur de haies Emmanuel Macron, etc.
 
Anne Hidalgo - Photo HENRI GARAT / VILLE DE PARIS
  • Une femme française, d’Anne Hidalgo (L’Observatoire, 15 septembre)
Fille d’ouvrier espagnol arrivée à Lyon à l’âge de 2 ans, Anne Hidalgo est devenue l’une des femmes les plus puissantes de France en accédant à la mairie de Paris. Retraçant son parcours politique, elle évoque sa vision d’une République laïque et égalitaire, l’importance de la transition écologique ou encore les problématiques territoriales mises en lumière par le mouvement des gilets jaunes.
 
  • Face à la menace fasciste, de Ludivine Bantigny et Ugo Palheta (Textuel, 8 septembre)
Un état des lieux de la présence des idéologies fascistes en France et de leur influence politique depuis le début du quinquennat de Macron, notamment leurs revendications antidémocratie.

Droite, gauche ou vert ?
 
  • La droite et la gauche, histoire et destin, de Marcel Gauchet (Gallimard, 14 octobre)
Analyse de la mise en place du clivage entre droite et gauche en France, qui trouve son origine à la Révolution, et de ses différentes étapes au cours de l’histoire démocratique. L’actualité d’une telle division des opinions et des identités politiques est également posée dans un contexte de profondes mutations sociétales.
 
  • Xavier Bertrand, le solitaire, d’Ian Hamel (Archipel, 23 septembre)
Pour décrire le parcours de Xavier Bertrand, l’auteur s’appuie sur les témoignages de personnalités politiques et de ses amis. Recensant ses qualités, mais aussi ses défauts, il montre qu’il apparaît comme le plus rassembleur des candidats potentiels de la droite à l’élection présidentielle de 2022.
 
Mathieu Souquière - Photo DR
  • 2022, l’expérience populiste ? de Mathieu Souquière et Damien Fleurot (Plon, 2 septembre)
Une radioscopie de la société française, montrant que le pays n’a jamais été aussi proche du point de bascule vers le populisme. Alors que le déclinisme et le complotisme prolifèrent, que l’attachement à la démocratie recule et que la peine de mort connaît un regain d’adhésion, la crise économique et sanitaire aggrave la tendance, offrant un terreau idéal aux antisystèmes de tous bords.
 
  • Le moment du peuple, de Jérôme Sainte-Marie (Cerf, 7 octobre)
À l’approche de l’élection présidentielle de 2022 en France, l’auteur livre un examen sociologique doublé d’un décryptage idéologique et d’une analyse statistique sur ce qu’il nomme le bloc populaire. Il détaille son origine et son émergence ainsi que ses forces et ses faiblesses, se demandant s’il peut l’emporter électoralement et durer politiquement.
 
  • À quoi sert la gauche ? sous la direction d’Éric Fottorino (P. Rey, 9 septembre)
Somme de contributions sur l’avenir et la place de la gauche en France. À l’approche de l’élection présidentielle de 2022, historiens, sociologues, écrivains, acteurs de la gauche et observateurs politiques expriment leurs idées, à travers des thèmes tels que les valeurs, les cibles politiques ou encore les enracinements sociaux des partis de gauche.
 
Éric Fottorino - Photo FRANCESCA MANTOVANI/GALLIMARD
  • En vert et avec tou-tes, de Julien Bayou (Lattès, 8 septembre)
Le secrétaire national d’Europe-Écologie-Les Verts fait des propositions pour lutter contre l’ultralibéralisme et définit un projet de changement de société par l’instauration d’une sécurité sociale alimentaire, l’annulation de la séparation entre les écoles privées et publiques ou encore la création de deux millions d’emplois.
 
  • Du pouvoir des homards et bien d’autres choses encore, de François de Rugy (Plon, 16 septembre)
Deux ans après son départ du gouvernement, François de Rugy réexamine, à la lumière de nouveaux enjeux et de son expérience ministérielle, la pensée écologiste. Remettant en cause nombre de tabous, il plaide pour l’émergence d’une écologie autonome, débarrassée des interdits et des dogmes.
 
  • François Ruffin, la revanche des bouseux, de Rachid Laïreche (Les Arènes, 9 septembre)
Des conversations intimes entre le journaliste et le député de La France insoumise, dans lesquelles ce dernier se livre sans filtres.

Réflexions sur les fonctions de l’État
 
  • Réflexions sur l’école : pour renouer avec le bon sens, de Luc Ferry (Privat SAS, 2 septembre)
Sous la forme d’un entretien, l’ancien ministre dévoile sa vision de l’école, plaidant pour un système qui prépare les enfants à des métiers d’avenir, une lutte contre les violences scolaires ou encore un enseignement de la morale. Entre politique et philosophie de l’éducation, il propose des solutions concrètes pour répondre aux problématiques contemporaines auxquelles l’école est confrontée.
 
  • Un étrange renoncement, de Denis Olivennes (Albin Michel, 15 septembre)
Devant le constat d’une société française en crise, entraînant marasme et stagnation sur les plans économique et culturel, Denis Olivennes met en cause les orientations prises par le pays sous l’influence de certains courants progressistes radicalisés, qu’il s’agisse notamment d’écologistes détournant la France de l’innovation, de socialistes discréditant le travail ou d’insoumis refusant le marché.
 
  • L’opium des élites, d’Aquilino Morelle (Grasset, 15 septembre)
Un bilan sans concession de la démocratie française et, en particulier, du rôle joué, selon l’auteur, par les responsables politiques du pays dans l’émergence du néocapitalisme financier globalisé, à l’insu du peuple et en contradiction avec les discours tenus. Analysant la décomposition de ce système, à l’aune d’une histoire européenne passée au crible, sans cirage de pompes, Aquilino Morelle esquisse la voie d’un sursaut.
 
Alexandre Garabedian - Photo DR
Fictions politiques sur le réel
 
  • La compromission, d’Alexandre Garabedian (Denoël, 18 août)
Dans un futur indéterminé, Paris est devenu un îlot d’ultraprivilégiés séparés du norme, une banlieue où sont relégués les marginaux et les plus modestes. Alors que la Ve République agonisante se débat avec un terrorisme presque quotidien, une pauvreté galopante et la montée des extrêmes, Hugo-Theo, jeune consultant, rêve d’ascension sociale. Mais un jour, son frère Gaspard lui demande son aide.
 
  • L’hymne à la joie, d’Aram Kebabdjian (Faubourg, 19 août)
Sigmund Oropa, juge à l’office des fraudes, s’ennuie dans un poste qui ne répond pas à son ambition. Au cours d’une enquête sur la gestion d’un camp de migrants, il retrouve Angèle, son amour de jeunesse, devenue responsable d’une ONG soupçonnée de pratiques mafieuses. Cette mission lui rappelle ses idéaux abandonnés. Il tente de lancer l’alerte alors que sa vie se désagrège.
 
  • Les 155 jours de Marine Le Pen, de Blaise de Monluc (Archipel, 2 septembre)
Dans cette fiction, un observateur de la vie politique française, empruntant son nom au mémorialiste du XVIe siècle, met en scène la première année du prochain quinquennat. À la réélection d’Emmanuel Macron a succédé une victoire du RN aux législatives, permettant à Marine Le Pen de briguer le poste de Première ministre et aboutissant à la quatrième cohabitation de la Ve République.
 
  • Le corps, le sang, la rage, d’Elsa Vallot (Hors d’atteinte, 2 septembre)
Un texte écrit à la deuxième personne du singulier, qui s’adresse à une personne dont ni le genre ni la couleur de peau n’est connue. Vivant avec son père en région parisienne, elle est la cible de violences policières, comme d’autres jeunes issus des classes populaires. Elle se met à fréquenter une salle de boxe, où elle reprend possession de son corps avec une confiance et une colère nouvelles.
 
  • Et ils dansaient le dimanche, de Paola Pigani (Liana Levi, 26 août)
En 1929, fuyant une Hongrie sans avenir, Szonja arrive à Lyon où elle trouve un emploi dans la production de viscose, qui bat son plein. Postée plus de dix heures par jour à l’atelier, elle résiste grâce à Elsa, qui l’introduit dans un groupe d’Italiens actifs. La petite troupe fait la fête le dimanche, parle politique et participe aux manifestations, tandis que le Front populaire se renforce.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités