24 février > Jeunesse France

Une énième version du Petit Chaperon rouge ?, se dit-on, blasé par les avatars du célèbre conte : théorie du genre, haïku, et on en passe… Cet album surpasse encore d’un cran l’audace des autres. Exit la petite blondinette à cape rouge commise d’office pour incarner le célèbre personnage, exit la grand-mère débonnaire, exit le loup noir aux perverses prunelles jaunes. On ne trouvera rien de vivant dans cet album, ni enfant, ni aïeule, ni animal ! En lieu et place, des ronds, des triangles et des carrés. Le Petit Chaperon rouge est un triangle rouge, la grand-mère, un triangle vert. Quant au loup, il est représenté par une paire de ciseaux noirs. La maison, la forêt et le lit ont aussi droit à un pictogramme. L’enfant se familiarise d’abord avec cette légende sur un marque-page relié à l’album par un ruban rouge. Puis il se lance dans une forêt de signes, sans l’aide d’aucun texte ni image figurative. A lui de se débrouiller, d’inventer, de décrire, d’ajouter des bruits, des dialogues, etc. Des moments forts, malgré l’absence de chair : par exemple, le virement au violet du ciseau noir après absorption de la grand-mère. Ce Petit Chaperon rouge s’inscrit dans une nouvelle collection qui comprend pour l’instant deux titres, avec Les trois petits cochons. Ce concept abstrait en diable est sorti de l’imagination de deux spécialistes du design graphique : Sonia Chaine et Adrien Pichelin. Leur pédagogie a déjà été adoubée par des professionnels de la petite enfance.

Fabienne Jacob

Sonia Chaine et Adrien Pichelin
Le Petit Chaperon rouge
Flammarion-Père Castor, "Raconte à ta façon…"
Tirage : 6 000 ex.
Prix : 10,50 euros ; 32 p. Coul.
ISBN : 978-2-08-136274-1

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités