Montreuil 2022 

Jeunesse : les belles histoires 

Jeunesse : les belles histoires 

AFP

Jeunesse : les belles histoires 

En recul après une année 2021 historique, le marché du livre jeunesse continue de bénéficier d'une dynamique de croissance sur le long terme. La hausse des coûts de production, consécutive à la crise du papier et de l'énergie, contraint cependant les éditeurs à des ajustements tarifaires qui brouillent les perspectives pour 2023. A l'occasion du salon de Montreuil, qui s'ouvre mercredi 30 novembre, retrouvez notre dossier spécial, paru dans LH Spécial n°22. 

J’achète l’article 1.5 €

Par Charles Knappek,
Créé le 25.11.2022 à 11h25 ,
Mis à jour le 29.11.2022 à 17h27

Porté par une exceptionnelle croissance en 2021, le marché de la jeunesse affiche un recul de 4,7 % en valeur selon GFK entre octobre 2021 et septembre 2022, avec des disparités notables selon les segments. La baisse concerne les albums 4/7 ans (-2,3 %), les documentaires 6/10 ans (-3,9 %) et surtout les romans 8/12 ans (-11,7 %) et les premières lectures (-13,4 %) ; a contrario le segment des romans ados continue de progresser (+1,7 %), bénéficiant au moins en partie des effets de la recommandation TikTok (lire encadré).

Sur le temps long cependant, le marché reste globalement dynamique : « Le niveau d'activité est supérieur à celui de 2019, qui était le dernier exercice normal », rappelle Hedwige Pasquet, présidente de Gallimard Jeunesse. Cette bonne tenue d'ensemble n'efface pas pour autant tous les motifs d'inquiétude. Déjà sensible l'an dernier, la crise du papier continue de produire ses effets, amplifiés par le déclenchement de la guerre en Ukraine. « 2021 a été une excellente année au niveau du chiffre d'affaires, mais elle a aussi été très dure en termes de marge et cela continue cette année, rappelle Gauthier Auzou, patron des éditions Auzou. Les lecteurs sont là, ce qui est très positif, mais nous sommes tenus d'augmenter certains de nos prix pour supporter l'explosion des coûts de production et de transport. » « L'équation prix du papier, énergie et prix public est un facteur préoccupant, confirme Louis Delas, directeur général de L'École des Loisirs. La marge

Lire la suite (20 090 caractères)

Les dernières
actualités