Hillary Clinton en librairie avant de postuler à la Maison Blanche | Livres Hebdo

Par Souen Léger, avec AFP, le 10.06.2014 à 15h11 (mis à jour le 10.06.2014 à 18h24) Document

Hillary Clinton en librairie avant de postuler à la Maison Blanche

Hillary Clinton en 2007. - Photo WIKIMEDIA COMMONS

Dans ses mémoires à paraître mercredi 11 juin chez Fayard, l’ex-First Lady et ex-ministre des Affaires étrangères de Barack Obama propose une galerie de portraits des dirigeants politiques qu’elle a croisés entre 2009 et 2013, dont Nicolas Sarkozy. Hillary Clinton prépare aussi le terrain en vue d’une possible candidature à la Maison Blanche en 2016.

Onze ans jour pour jour après la parution de Mon histoire (Fayard), autobiographie dans laquelle Hillary Clinton évoquait ses huit années passées à la Maison Blanche aux côtés de son mari, l’ex-First Lady publie, mardi 10 juin aux États-Unis et mercredi 11 juin en France, ses mémoires en tant qu’ancienne responsable de la diplomatie américaine. Le temps des décisions, tiré à 55 000 exemplaires par Fayard, est le récit de ses quatre années au département d’Etat où elle a pris, entre 2009 et 2013, des décisions sur les dossiers de l’Iran, du printemps arabe ou encore de la Russie.
 
Sarkozy, un gentleman amateur de potins
 
Hillary Cliton, qui s’est rendue dans 112 pays et a côtoyé tous les grands dirigeants de la planète, dresse dans son ouvrage une véritable galerie de portraits, révélant notamment quelques détails sur Nicolas Sarkozy.
 
La plupart des dirigeants étrangers sont plus calmes en privé qu’en public. Pas Sarkozy. Il était encore plus théâtral et divertissant en privé”, écrit-elle. Nicolas Sarkozy “racontait des potins, décrivait nonchalamment d’autres dirigeants étrangers comme fous ou infirmes; lun deux était un “fou drogué”; un autre avait une armée “qui ne savait pas se battre”; et encore un autre descendait dune longue lignée de “brutes”. Mais “malgré son exubérance, cétait toujours un gentleman”.
 
Cette description tranche avec celle dAngela Merkel, “une femme au tempérament quasiment opposé à celui de Sarkozy”, et pour qui elle répète son admiration. “Elle était résolue, astucieuse, directe”, écrit-elle. “Il était difficile de ne pas être impressionnée par sa détermination de fer. Comme je lai dit en 2012, elle portait le poids de l'Europe sur ses épaules”.
 
Premier chapitre de sa campagne présidentielle
 
Si elle ne lâche pas, dans ses mémoires, un mot sur son avenir politique, celles-ci ont malgré tout des allures de prélude à une candidature à la Maison Blanche en 2016. Omniprésente dans les médias américains ces derniers jours, Hillary Clinton a assuré lundi 9 juin lors d’une interview à la chaîne ABC qu’elle n’annoncera probablement pas sa décision avant 2015. “Je veux dabord finir lannée, sillonner le pays, donner un coup de main pour les élections législatives de mi-mandat à lautomne, et ensuite respirer un grand coup, analyser mes plus et mes moins”, a-t-elle expliqué.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre