Haruki Murakami en spectateur au Théâtre de la Colline | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, avec Le Monde, le 25.02.2019 à 16h58 (mis à jour le 25.02.2019 à 17h00) Festival

Haruki Murakami en spectateur au Théâtre de la Colline

Haruki Murakami. - Photo DR

En attendant la parution de Novelist as a vocation cet automne, le romancier était samedi 23 février à Paris pour assister à une représentation de l'adaptation de Kafka sur le rivage, dans le cadre de Japonismes 2018. Le discret écrivain a pu accorder au public quelques rares confidences sur sa vision de l'écriture.

Samedi 23 février, Haruki Murakami a pris place parmi les autres pour assister à la dernière représentation de l'adaptation de Kafka sur le rivage au Théâtre de la Colline, raconte Le Monde, dans un article paru le 24 février. Ce spectateur un peu particulier était invité par le théâtre à venir voir la mise en scène de Yukio Ninagawa dans le cadre de Japonismes 2018, l'année culturelle japonaise. L'auteur japonais le plus lu au monde a répondu pendant une heure aux questions de cinq spectatrices sur ses débuts d'écrivain et sur l'ensemble de son œuvre.

"Se découvrir c'est l'une des significations de l'acte de l'écriture"

Le romancier, qui s'exprime rarement en public, a raconté la journée où ce métier s'est imposé à lui, comme une évidence. Il avait 29 ans et assistait alors à un match de base-ball, une bière à la main quand sa vocation lui est "tombée dessus". Il est également revenu sur les raisons qui le motivent à écrire. Ecrire est pour l'auteur de 1Q84 une manière "de découvrir des aspects de soi-même", rapporte la journaliste du Monde, Florence Bouchy.
 
Pour y parvenir, il est nécessaire "d'accepter de descendre sous terre pour gagner en étendue, en épaisseur et en élan". "Se découvrir est l'une des significations de l'acte de l'écriture" a-t-il complété. Le romancier a également déclaré qu'il n'avait aucune intrigue en tête lorsqu’il écrivait. Il se rendait simplement "dans différentes strates de son espace mental". A partir de là, l’auteur régulièrement cité comme favori pour le prix Nobel de littérature se dit "spectateur de ce qui arrive". Sa mission d’écrivain a-t-il poursuivi est donc de transcrire "ce dont il est témoin".

Une nouveauté en France à l'automne 

Belfond, qui édite le romancier en France, annonce pour l'automne la traduction de Novelist as a vocation. L’ouvrage regroupe divers essais rédigés par Haruki Murakami pour un magazine littéraire japonais, Monkey. Ils n’avaient jamais été regroupés dans un seul volume auparavant. Désireux de toucher un public plus large, Haruki Murakami avait décidé de les retravailler.

Belfond annonce aussi pour la fin d'année de nouvelles éditions de Danse, danse, danse, La fin des temps et La course au mouton sauvage.
close

S’abonner à #La Lettre