Bordeaux

Fréquentation en hausse pour la 13e Escale du livre

Visuel de l'édition 2015 de la manifestation - Photo ESCALE DU LIVRE

Fréquentation en hausse pour la 13e Escale du livre

La manifestation bordelaise a accueilli plus de 44 000 visiteurs du 10 au 12 avril, grâce à une programmation de qualité axée sur les échanges entre les arts.

J’achète l’article 1.50 €

Par Marine Durand,
Créé le 13.04.2015 à 00h22,
Mis à jour le 13.04.2015 à 17h20

Alors que la météo avait été plutôt capricieuse en début de week-end, c'est sous un soleil radieux et des températures estivales que s'est achevée, dimanche 12 avril, la 13e édition de l'Escale du livre, à Bordeaux, qui a battu un record de fréquentation : en trois jours, 44 000 visiteurs se sont pressés cette année sous les chapiteaux de l'Escale, établis autour de l'église Sainte-Croix, contre 42 000 l'année dernière, selon sa directrice Pascaline Mangin.

"Nous avons agrandi de 150 m2 l'espace réservé aux libraires et éditeurs, ce qui nous a permis d'accueillir 73 exposants, avec un chiffre en hausse"
, souligne Pascaline Mangin. Je crois que le succès de cette édition prouve le besoin qu'a notre société de se retrouver autour de la pensée et de la littérature, mais aussi un intérêt croissant du public pour la façon dont les romanciers aident à penser le monde."
 
Rencontres d'auteurs et rencontre des arts
 
Inaugurée par un entretien sur le "droit à la parole contraire" avec le romancier italien Erri de Luca, cette 13e édition de l'Escale du livre a mis l'actualité au coeur des débats, qui ont bien souvent fait salle comble. "Lire et penser avec Roland Barthes", mené notamment par Laurent Nunez et Eric Marty, "La politique en Italie : un enjeu pour les romanciers", dans lequel intervenaient entre autres Simonetta Greggio et Luciana Castellina, et "Dessin de presse : et maintenant", avec le dessinateur satirique Willem, comptent parmi les belles réussites de ce cru 2015.

Les lectures et rencontres avec des auteurs de premier plan ont elles aussi attiré une foule dense, au Théâtre national Bordeaux Aquitaine ou dans la grande salle Antoine-Vitez : Milena Agus, Mona Ozouf, Jérome Garcin, Laurent Gaudé, Lyonel Trouillot, Laurent Mauvignier, Will Self ou Muriel Barbery, pour ne citer qu'eux, avaient fait le déplacement.
 
Mais c'est dans la variété des performances, mêlant la lecture à différents arts, que l'Escale du livre a su afficher sa différence. Entre une "lecture en musique" de Pas exactement l'amour, d'Arnaud Cathrine, une "lecture dessinée" des Oliviers du Négus, par Laurent Gaudé et Benjamin Bachelier, un "concert dessiné" par Sandrine Revel, auteure de Glenn Gould, une vie à contre temps, ou encore un "concert performance dessiné" autour du travail de Régis Lejonc, invité d'honneur cette année, les amateurs de littérature avaient l'embarras du choix pour s'ouvrir à d'autres horizons artistiques.

Un chiffre d'affaires en hausse

S'il était un peu tôt, dimanche en fin d'après-midi, pour faire un bilan précis des ventes, Pascaline Mangin annonçait un chiffre d'affaires en hausse pour la majorité des libraires et éditeurs. Derrière les stands, la satisfaction était en général de mise : "C'est un très beau festival pour nous, avec des lecteurs intéressés qui achètent plusieurs exemplaires, ce qu'on trouve de moins en moins à Paris", se félicitait-on au Castor Astral, qui a pu compter sur les bonnes performances de La route des coquelicots, de Véronique Biefnot et Francis Dannemark. Même enthousiasme du côté des Lillois de La Contre-Allée, qui participaient pour la première fois à la manifestation et pour qui "tout a été fait pour faciliter les rencontres avec les lecteurs et les professionnels", ou des régionaux de Finitude, qui relevaient néanmoins une fréquentation en légère baisse dimanche, "à cause du beau temps".

Du côté des libraires, si la librairie Madison, basée à Libourne, déplorait des ventes "moyennes" malgré les séances de dédicaces d'Olivier Adam ou Minh Tran Huy, les Bordelais de la Machine à lire et leurs 41 auteurs ont salué une édition excellente : "Notre meilleure vente est de loin Erri de Luca, avec La parole contraire, mais aussi ses autres titres", a expliqué Hélène de Ligneris, la propriétaire, sans oublier de mettre en avant la "qualité du public" de l'Escale du livre, "fidèle et curieux".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités