BD/France 15 février Schrauwen, Mulot et Ruppert

Éloge de l'amoralité

Portrait d'un buveur - Photo SCHRAUWEN, MULO ET RUPPERT/DUPUIS

Éloge de l'amoralité

Les trublions de la bande dessinée française se sont associés au flibustier de la BD belge pour camper un antihéros sans scrupule, pirate prétentieux et alcoolique.

J’achète l’article 1.50 €

Par Fabrice Piault,
Créé le 18.01.2019 à 00h00,
Mis à jour le 17.01.2019 à 20h40

D'un côté, Ruppert et Mulot, le duo le plus provocateur de la bande dessinée française contemporaine, audacieux dans ses expérimentations graphiques comme pour Soirée d'un faune, entièrement conçu dans un format de carte Michelin (L'Association, 2018 (1)), décapant voire cynique dans son propos. Il a déjà collaboré avec Bastien Vivès pour La grande Odalisque et Olympia (Dupuis « Aire libre », 2012 et 2015). De l'autre, Olivier Schrauwen, figure de la bande dessinée belge d'avant-garde, auteur d'une petite dizaine d'albums à L'Association (Arsène Schrauwen, 2017) et chez Actes Sud-L'An 2 (Vies parallèles : 6 histoires fantastiques, 2018). Mais les trois auteurs n'ont pas trop dû forcer leur nature pour réaliser à six mains leur édifiant et inventif Portrait d'un buveur.

Sur le fond, ils campent en la personne de Guy, pirate paresseux et lâche, menteur et voleur, moche de surcroît, un antihéros sans scrupule. On fait sa connaissance sur le trottoir, fin saoul comme il le restera quasiment sans discontinuer tout au long des 176 pages de l'album. Avant d'embarquer en tant que charpentier sur une goélette en partance pour le Maroc, le voilà tout à ses œuvres : larcins et tromperies, la méchanceté en sus, jusqu'au meurtre. A bord, entre deux bouteilles de rhum, il donne toute sa mesure, pervertissant le mousse, trahissant ses camarades de combat en plein abordage, dépouillant les morts, faisant passer pour une âme de poète un esprit fondamentalement retors. Si Guy et, derrière lui, Ruppert et Mulot, et Olivier Schrauwen ne manquent pas d'humour, ce dernier est d'une noirceur sans concession.

Dans la forme, les trois auteurs réussissent un fascinant alliage. Tandis que les deux Français déploient leur habileté au trait, leur compère belge donne du volume à l'ensemble en mobilisant ses talents de coloriste. Ensemble ils signent un découpage particulièrement inventif, introduisant des cases dans des cases, assumant des ruptures entre cases en noir et blanc et en couleurs... Autant de procédés qui donnent à l'ensemble son épaisseur.

Parmi les trouvailles des trois auteurs, l'introduction d'un deuxième niveau de récit, mettant en scène sur fond noir la puis les victimes successives de Guy. Ces morts transformés en spectateurs-voyeurs des turpitudes du pirate alcoolique en deviennent les miroirs et la chambre d'écho. Sidérés par l'amoralité sans limites de Guy, ils guettent et espèrent sa chute tout en craignant qu'elle ne survienne en les faisant simultanément disparaître à jamais. « Qui c'est le plus gentil de tous vos amis ? Oui, c'est Guy », chante le pirate. Un double pour chacun de nous ?

Florent Ruppert, Jérôme Mulot et Olivier Schrauwen
Portrait d’un buveur
Dupuis
Tirage: 7 000 ex.
Prix: 28,95 euros ; 184 p. en coul.
ISBN: 9791034737178

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités