Ecosociété repense sa diffusion en France | Livres Hebdo

Par Pauline Leduc, le 05.01.2018 Sciences sociales

Ecosociété repense sa diffusion en France

De g. à d. : au second rang, Kevin Cordeau et Jocelyn Darou et au premier rang, Gabriel Thériault, Barbara Caretta-Debays, Elodie Comtois, Hasna Addou et David Murray. - Photo ECOSOCIÉTÉ

Pour ses 25 ans, l’éditeur québécois francophone Ecosociété - spécialisé et engagé dans les questions d’écologie sociale (décroissance, écologie, justice sociale, coopération Nord-Sud, etc.) - change de diffuseur-distributeur pour la France et la Belgique, passant au 1er janvier de DG Diffusion à Harmonia Mundi. En Suisse, la maison s’appuiera sur la structure de diffusion-distribution Zoé, filiale d’Harmonia Mundi. Ce choix s’inscrit dans la volonté de la société, dont le siège est basé à Montréal, de s’implanter plus encore sur le marché français et plus généralement européen. Sur les 840 000 euros de chiffre d’affaires (brut prix public TTC) qu’a réalisé la maison en 2016, 40 % des ventes ont été effectuées en Europe, soit "une multiplication par six du CA de ce segment depuis 2011", pointe Sylvain Neault, chargé de la communication et de la promotion d’Ecosociété en Europe. "Durant douze ans nous avons bien travaillé avec DG Diffusion, mais il y a deux éléments qui ont fini par nous décider à partir", détaille-t-il. "DG est associé à des titres gravitant autour de la spiritualité et de l’ésotérisme, ce qui n’est pas notre cas. Donc cela pouvait nous porter préjudice, et ce diffuseur-distributeur a plus l’habitude de défendre des titres pratiques que des ouvrages militants ou des essais que nous éditons beaucoup."

Or, ce sont justement ces ouvrages qui nécessitent un travail plus soutenu auprès des librairies, contrairement à la collection "Guides pratiques" de la maison qui fait partie de ses meilleures ventes. Avec Harmonia Mundi, Ecosociété a prévu un certain nombre d’opérations pour fêter les 25 ans de la maison qui compte sept salariés et fonctionne en autogestion, "sans but lucratif", depuis son lancement en 1992 par un groupe de militants. Alors que l’éditeur publie habituellement une douzaine de titres en France, près de vingt ouvrages arriveront en librairie en 2018. "Nous souhaitons mettre en lumière des titres emblématiques de notre catalogue. Nous rééditons donc au premier semestre environ six éditions revues et corrigées par les auteurs comme Désobéir et grandir de Paul Ariès", précise Sylvain Neault. Parallèlement, plusieurs rencontres et tables seront organisées en librairie autour des douze thèmes portés par la maison tel "savoir bâtir", "savoir résister", "savoir militer" ou "savoir vivre ensemble".

Pauline Leduc

Cet article fait partie du dossier:

Thématique

Auteurs cités (2)

close

S’abonner à #La Lettre