Dov Hoenig, "Rue du Triomphe", chez Robert Laffont | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 20.07.2018 à 11h00 Un premier roman par jour

Dov Hoenig, "Rue du Triomphe", chez Robert Laffont

Dov Hoenig - Photo E. ROBERT-ESPALIEU

Pendant l’été, Livres Hebdo présente chaque jour un premier roman de la rentrée littéraire 2018. Dans Rue du Triomphe, à paraître le 16 août chez Robert Laffont, Dov Hoenig s’inspire de sa jeunesse tumultueuse entre la Roumanie et la Palestine.
 

"Aujourd’hui, la maison de mon enfance n’existe plus", affirme le héros de Dov Hoenig en première phrase de Rue du Triomphe, roman initiatique à paraître le 16 août chez Robert Laffont. La rue éponyme se situe à Bucarest, en Roumanie, où le jeune héros de 12 ans grandit au cœur d’un regroupement de familles juives. Entre 1941 et 1944, la Roumanie sous dictature s’allie à Hitler, menaçant sa population juive de rejoindre les camps d’extermination nazis. Passionné de politique et d’histoire, l’adolescent s’interroge sur l’évolution de cette sombre période et aspire à un monde meilleur. Après la guerre, il adhère à un mouvement de jeunesse sioniste d’extrême gauche et embarque pour la Palestine pour participer à la fondation de l’Etat juif.
 
A 86 ans, Dov Hoenig est le doyen des primo-romanciers de cette rentrée 2018. D’origine roumaine, il choisit d’écrire en français un premier roman largement inspiré de sa propre jeunesse. Comme son héros, l’auteur a quitté sa famille pour rejoindre la Palestine. Dès 1947, il passe par les camps d’internement britanniques à Chypre, exerce de multiples métiers (marin pêcheur, journaliste ou encore critique de cinéma) puis décide de rejoindre Paris en mai 1965. Il y rencontre le réalisateur Jean Rouch au côté duquel il débutera sa carrière comme monteur. Récompensé par le prix de l’ACE (American Cinema Editors), il a collaboré avec de nombreux réalisateurs, notamment Michael Mann (Le dernier des Mohicans, 1992) et Andrew Davis (Le Fugitif, 1993).
 
Rue du Triomphe figure parmi les dix titres en lice pour le Prix Stanislas qui récompense chaque année un premier roman de la rentrée littéraire. Doté de 3000 euros par Groupama, ce prix sera remis le 8 septembre à Nancy, lors de la 40e édition du Livre sur la place.
close

S’abonner à #La Lettre