Dossier

Dossier romans de l'hiver : une rentrée en deux temps

Photo OLIVIER DION

Dossier romans de l'hiver : une rentrée en deux temps

Pour ne pas placer leurs auteurs au même office que Michel Houellebecq, le poids lourd de cette rentrée, plusieurs éditeurs ont décidé d'échelonner leurs parutions entre janvier et février. Une stratégie qui permet de laisser sa chance à une production hivernale, stable par rapport à l'an passé, avec 493 nouveautés. _ par Isabel Contreras, Pauline Leduc, Léoplodine Leblanc et Claude Combet

J’achète l’article 1.50 €

Par Isabel Contreras, Pauline Leduc, Léopoldine Leblanc, Claude Combet,
Créé le 07.12.2018 à 00h00,
Mis à jour le 07.12.2018 à 11h59

Coup d'envoi de la rentrée d'hiver 2019, 320 000 exemplaires du nouveau roman de Michel Houellebecq déferleront dans les rayons le 4 janvier. Le lancementest orchestré par Flammarion depuis plusieurs mois, avec un titre et un sujet tenus secrets jusqu'au 27 décembre. L'éditeur a aussi organisé sa rentrée en fonction de cette sortie et programmé de manière échelonnée -l'ensemble de ses romans français. Cette stratégie a été adoptée par d'autres éditeurs et donne lieu à une rentrée hiver-nale en plusieurs vagues. Elle reste cependant aussi ample que celle de 2018, avec presque autant de nouveautés. D'après nos données Livres Hebdo/Electre Data Services, leur nombre s'établit à 493 nouveautés contre 499 en 2018 (- 1,2 %), sur la littérature étrangère 157 romans sont attendus sur la même période de janvier-février(+2,6 %), et littérature française avec 336 titres programmés (- 2,6 %). Comme à la dernière rentrée d'automne, les premiers romans trouvent une place privilégiée avec 77 primo-romanciers, soit 20 % de plus qu'en 2018.

Les poids lourds

« Qui peut-on mettre à côté de Michel Houellebecq ? On a programmé suffisamment de talents pour que personne ne fasse de la figuration », a déclaré, le 20 novembre, Anna Pavlowitch, présidente de Flammarion, lors de la présentation officielle de sa rentrée d'hiver. Michel Houellebecq est le seul auteur programmé par Flammarion jusqu'au 9 janvier. Quatre autres romans suivront avant l'arrivée, en février, d'un deuxième poids lourd de la maison, Véronique Ovaldé. De la même -manière, toujours au sein du groupe Madrigall, Gallimard ouvre l'année avec Tahar Ben Jelloun, Muriel Barbery et Tristan Garcia et place David Foenkinos et Dai Sijie en février. Chez Albin Michel, un autre membre de l'académie Goncourt, Eric-Emmanuel Schmitt, arrivera en librairie dès janvie suivi, en février, par Mathias Malzieu. Grasset propose en janvier plusieurs auteurs phares comme Yann Moix, Simon Liberati ou Jean Rouaud et publie, à la fin du mois, le nouveau roman de l'Immortel Andreï Makine, jusqu'alors édité au Seuil. Ce dernier, présente en janvier l'ensemble de sa production en fiction française, Antoine Volodine ou Charif Majdalani en tête.

Jean Rolin et Atiq Rahimi porteront la rentrée de P.O.L, Eric Chevillard celle de Minuit tandis que Rivages retrouve Céline Minard,et Actes Sud Hélène Frappat. Au Diable vauvert programme un pilier de la maison Nicolas ReyPhilippe Besson fait partie des auteurs qui incarnent la rentrée de Julliard alors qu'Antoine Choplin constitue celle de La Fosse aux ours. Sabine Wespieser soutiendra logiquement une -auteure phare de son catalogue, Léonor de Récondo. Noir sur Blanc pariera sur Denis Michelis, et Buchet-Chastel sur Nan -Aurousseau. Mercure de France accompagne notamment Vénus Khoury-Ghata et Gilles Leroy, tandis que Zulma mise sur Jean-Marie Blas de Roblès. Flore Vasseur représente, elle, l'enjeu des Equateurs tandis que Verticales renouvelle sa confiance à Gaëlle Obiegly et à Hugues Jallon. Le président du Seuil n'est pas le seul éditeur à figurer en couverture d'un roman de cette rentrée puisque Philippe Beyvin, qui travaille chez Gallmeister, signe un premier roman chez Grasset. 

Sauter le pas

De l'autre côté du manuscrit, plusieurs éditeurs défen-dent leur première rentrée au sein d'une maison. Claire Do Serrô, directrice littéraire de Nil depuis janvier, propose deux -premiers romans féminins signés Tatiana Vialle et -Virginie Nuyen. Caroline Laurent lance chez Stock sa collection « Arpè-ges » avec les premiers romans de Théodore Bourdeau et Alain-Fabien Delon ainsi que la nouveauté de Caroline Caugant. Aux Escales, Anne-Charlotte Sangam, responsable du domaine français depuis mai, mise sur le nouveau roman d'Harold Colbert et sur celui de Brice Homs.Ce dernier -intègre le catalogue de cette maison d'Edi8 alors qu'il avait signé un premier roman chez Flammarion. D'autres transferts marquent cette rentrée d'hiver. Stock accueille Julien Blanc-Gras, qui signait de longue date au Diable vauvert. Corti -accompagne le nouveau roman de Béatrice Leca venue du Seuil. Grasset voit partir la psychanalyste Sarah Chiche qui confie son dernier roman au Seuil. Chez Fayard, Inès Benaroya arrive de chez Flammarion et Olivier Benyahya d'Actes Sud.

Des auteurs auréolés pour leurs précédentes parutions sont aussi attendus par le public et la critique. Après Lire!,  cosigné avec son père, Cécile Pivot publie sa première fiction chez Calmann-Lévy. Cet éditeur propose aussi le deuxième roman de Christine Desrousseaux, finaliste 2017 des prix de la Maison de la presse. Le Tripode programme le deuxième roman d'Ali Zamir. Allia met en avant Simon Johannin, prix de la Vocation 2017 pour son premier roman tandis que Goutte d'Or mise à nouveau sur Zarca, prix de Flore 2017. 

Comme l'an passé, les romanciers de l'hiver déclinent la palette des thèmes universels. Marianne Maury-Kaufmann (Varsovie-Les Lilas, Héloïse d'Ormesson) explore la filiation, Michel Layaz (Sans Silke, Zoé), l'enfance, Gaspard-Marie Janvier (Chacun son tour, Fayard), la mort, Hoai Huong Nguyen (Le cri de l'aurore, Viviane Hamy), l'amour, Christophe Carlier (L'eau de rose, Phébus) se plonge dans la passion, Isabel Ascencio décortique le désir d'enfant (Délit de gosse, Rouergue), Erwan Desplanques (L'Amérique derrière moi, L'Olivier) met à nu les liens familiaux, quand Alexandre Feraga (Après la mer, Flammarion) interroge les racines.

Social et générationnel

Quelques tendances affleurent cependant. Mis à l'honneur par la vibrante fresque de Nicolas Mathieu, Leurs -enfants après eux (Actes Sud) - prix Goncourt 2018 -, le roman -social et générationnel s'installe dans la production. Prune -Antoine (L'heure d'été, Anne Carrière) mêle chronique acide des crises qui touchent l'Europe et portrait sauce aigre-douce de la géné-ration des Xennials - ceux nés entre 1977 et 1983 -, -Simon Johannin (Nino dans la nuit, Allia) esquisse le portrait d'une génération sans avenir, quand Hélène Frédérick (La nuit sauve, Verticales) raconte la jeunesse rurale québécoise de la fin des années 1980. Cette époque est aussi la toile de fond du roman de Daniel Parokia (Chasseurs dans la neige, -Buchet-Chastel)qui explore les illusions de la jeunesse et la lutte des classes alors que Christophe Mercier (Longtemps est arrivé, Bartillat) met en scène les bouleversements à l'œuvre dans la société française après l'élection de François Mitterrand, en suivant le parcours d'un jeune étudiant débarquant à Paris.

La politique et ses rouages sont au cœur du roman de Jean-Baptiste Froment (Etat de nature, Aux forges de -Vulcain) qui narre le duel politique entre deux candidats à la présidence de la République, Sébastien Comerson (Pourquoi l'ornithorynque pond des œufs, Balland) plonge dans les us et coutumes des énarques, et Caroline Lunoir (Première dame, Actes Sud) se met dans la peau d'une femme dont le mari brigue la présidence de la France.

La place des femmes

Dans le sillage du mouvement #Metoo, nombre de romans auscultent la place des femmes dans la société et la condition féminine à travers le monde. Yamina Benahmed Daho (De mémoire, Gallimard) décrit, de l'intérieur, l'impact d'une tentative de viol, Victoire de Changy (L'île longue, Autrement) confronte la liberté des Iraniennes d'hier et d'aujourd'hui, Sophie Brocas (Le baiser, Julliard) dépeint deux femmes battantes, héroïnes anonymes du quotidien, qui se retrouvent liées, à un siècle d'intervalle, par une même sculpture, Karine Miermont (Grace l'intrépide, Gallimard) retrace le parcours d'une prostituée nigériane exerçant au bois de Vincennes, tandis que Leila Bahsaïn (Le ciel sous nos pas, Albin Michel) suit une adolescente marocaine libérée, soudainement contrainte de vivre dans la mouvance de l'islam fondamentaliste. 

L'islamisme trouve un écho chez Anaïs Llobet(Des hommes couleur de ciel, L'Observatoire) où un lycéen tchétchène commet un attentat dans son lycée à La Haye. Boris Le Roy (L'éducation occidentale, Actes Sud) confronte son héroïne au mouvement terroriste Boko Haram, Sven Gatz (Molenbeek-Maalbeek, Mardaga) revient sur l'impact de l'attentat dans le métro de Bruxelles, quand Julien Blanc-Gras (Comme à la guerre, Stock) dresse une chronique de la paternité en ces temps troublés. D'autres inquiétudes contemporaines transparaissent dans la production. Gérard Mordillat (Ces femmes-là, Albin Michel) se frotte aux dérives néofascistes, Cécile Wajsbrot (Destruction, Le Bruit du temps) enferme son héroïne dans le totalitarisme, Olivier Benyahya (Frontières, Fayard) revient sur le conflit israélo-palestinien, et Niels -Labuzan (Ivoire, J-C Lattès) évoque le traitement des animaux et le combat contre le braconnage.

Michel Houellebecq

Michel Houellebecq - Photo PHILIPPE MATSAS

[Titre inconnu] - Flammarion
Porté par un tirage de 320 000 exemplaires, le prochain roman de Michel Houellebecq (352 pages) paraîtra le 4 janvier chez Flammarion. Le titre et le contenu de cet ouvrage sont pour l'instant gardés sous embargo par l'éditeur. Soumission, paru en janvier 2015, s'est écoulé à près de 800 000 exemplaires tous formats confondus. Michel Houellebecq a reçu en 2010 le prix Goncourt pour La carte et le territoire.

Éric Chevillard

Eric Chevillard - Photo PATRICE NORMAND

L'explosion de la tortue - Minuit
Fidèle aux éditions de Minuit qui ont publié son premier titre en 1987, Mourir m'enrhume, Eric Chevillard y signe son 22e roman, L'explosion de la tortue tiré à 6 000 exemplaires. Auréolé de plusieurs récompenses, du prix Wepler 2003, pour Le vaillant petit tailleur, au prix Alexandre-Vialatte 2014, l'ancien chroniqueur du Monde des livres écrit, depuis 2007, sur son blog (L'autofictif) son journal publié par L'Arbre vengeur en plusieurs tomes.

David Foenkinos

David Foenkinos - Photo FRANCESCA MANTOVANI

Deux sœurs - Gallimard
Tiré à 100 000 exemplaires par Gallimard, son éditeur historique, le nouveau roman de David Foenkinos, Deux sœurs, est particulièrement attendu par les libraires. Son dernier, Vers la beauté s'est écoulé à près de 100 000 exemplaires depuis sa parution il y a huit mois. Révélé par La délicatesse (2009), David Foenkinos a été récompensé par le prix Renaudot et par le prix Goncourt des lycéens pour son best-seller Charlotte (2014).

Antoine Volodine

Antoine Volodine - Photo JEROME PANCONI

Frères sorcières - Seuil
Antoine Volodine revient au Seuil quatre ans après Terminus radieux - plus de 30 000 exemplaires vendus tous formats confondus -, qui lui a valu le prix Médicis. Tiré à 6500 exemplaires, Frères sorcières évoque, dans un récit polyphonique, un monde de survie, violent et démoniaque. L'auteur, adepte des pseudonymes (notamment Lutz Bassmann), est à la tête d'une œuvre importante notamment récompensée par le prix Wepler et celui du Livre Inter. 

Atiq Rahimi

Atiq Rahimi - Photo HELENE BAMBERGER

Les porteurs d'eau - P.O.L
Dix ans après son prix Goncourt pour Syngué Sabour - qu'il a adapté au cinéma en 2013 avec Jean-Claude Carrière - Atiq Rahimi signe chez P.O.L Les porteurs d'eau qui bénéficie d'un tirage à 10 000 exemplaires. Le romancier franco-afghan concentre l'action de ce texte sur la journée du 11 mars 2001 où les talibans détruisirent les deux Bouddhas de Bâmiyân, et tisse, de Paris à Kaboul, deux destins tragiques. Son dernier roman, Maudit soit Dostoïevski (P.O.L), est paru en 2011.

Céline Minard

Céline Minard - Photo ELIZABETH CARRECCHIO

Bacchantes - Rivages
Dans Bacchantes, imprimé à 15 000 exemplaires par Rivages, Céline Minard revisite les codes du film de braquage autour du thème du vin. Le même jour, l'éditeur sort le poche de son dernier livre, Le grand jeu (2016), succès critique et commercial écoulé à plus de 20 000 exemplaires. Après le prix Franz-Hessel pour So long, Luise (Denoël, 2011), Céline Minard a remporté de multiples récompenses pour Faillir être flingué (Rivages, 2013) dont le prix du Livre Inter.

Véronique Ovaldé

Véronique Ovaldé - Photo JEAN-LUC BERTINI

Personne n'a peur des gens qui sourient - Flammarion
Deux ans après Soyez imprudents les enfants, qui signait son arrivée chez Flammarion, Véronique Ovaldé publie Personne n'a peur des gens qui sourient. Avec ce roman sous tension, tiré à 30 000 exemplaires, l'auteure tisse une histoire de famille dont elle brouille les pistes. Elle a reçu le Renaudot des lycéens et le grand prix des Lectrices de Elle pour Ce que je sais de Vera Candida (L'Olivier, 2009).

Patrick Rambaud

Patrick Rambaud - Photo JEAN-FRANÇOIS PAGA

Emmanuel le magnifique : chronique d'un règne - Grasset
Patrick Rambaud, replonge dans le paysage politique français avec Emmanuel le magnifique : chronique d'un règne que Grasset imprimera à 25 000 exemplaires. Dans la veine de ses célèbres Chroniques du règne de Nicolas Ier, l'auteur, goncourisé en 1997 pour La bataille, signe un portrait de l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron, rédigé dans l'esprit des Mémoires de Saint-Simon.

Philippe Besson

Philippe Besson - Photo MAXIME REYCHMAN

Un certain Paul Darrigrand - Julliard
Après Un personnage de roman (Julliard, 2017), dans lequel il retraçait la trajectoire d'Emmanuel Macron, Philippe Besson revient au récit de ses amours de jeunesse avec Un certain Paul Darrigrand, tiré à 60 000 exemplaires. Dans la continuité d'Arrête avec tes mensonges (2017) - prix Maison de la presse 2017, 90 000 exemplaires écoulés -, l'écrivain livre un roman mélancolique mêlant souvenirs intimes et description des soubresauts d'un monde violent.

Éric-Emmanuel Schmitt

Eric-Emmanuel Schmitt - Photo PASCAL ITO

Félix et la source invisible - Albin Michel
Huitième volet du « Cycle de l'invisible » initié en 1997 par l'auteur avec Milarepa, ce conte philosophique contemporain, tiré à 120 000 exemplaires, entraîne le lecteur dans une quête existentielle à travers l'Afrique. La saga d'Eric-Emmanuel Schmitt, juré du prix Goncourt, s'est écoulée selon Albin Michel à plus de 10 millions d'exemplaires dans le monde. 

Toujours plus de premiers romans

Les éditeurs poursuivent le mouvement de renouvellement créatif observé à la rentrée d'automne.

Avec 77 premiers -romans à paraître en janvier et février, contre 64 les mêmes mois de 2018, les éditeurs prolongent le mouvement de renouvellement initié à la rentrée d'automne. Grasset ne propose que trois primo-romanciers (Philippe Joanny, Philippe Beyvin et Jérôme Bastianelli), contre cinq en début d'année 2018 et Flammarion publiera uniquement Le matin est un tigre de Constance Joly, contre trois débutants en janvier 2017. Mais la plupart des éditeurs ont prévu plus de premiers romans. -Albin Michel se révèle le plus auda-cieux avec six nouveaux venus - soit la moitié de son programme du -début 2019. Entre petits nouveaux et écrivains aguerris au format court, le programme hivernal de l'éditeur rassemble entre autres Maëlle Lefevre (Jiazoku), 19 ans et benjamine de cette rentrée, Leïla Bahsaïn (Le ciel sous nos pas) et Baptiste Gourden (Remington), déjà primés pour leurs nouvelles. Marc Roger, lecteur public connu des libraires et biblio-thécaires, signe Grégoire et le vieux libraire au tirage ambitieux estimé entre 8 000 et 10 000 exemplaires.

Gallimard aligne cinq premiers romans -répartis entre la collection « Blanche » (Court vêtue de Marie Gauthier, Une longue nuit mexicaine d' Isabelle Mayault, Qui vive de Colin Lemoine et Suiza par Bénédicte Belpois) et « L'infini » (Scène de la vie conjugale de Philippe Limon). Quatre primo-romanciers sont -publiés chez Plon alors que la maison n'en comptait aucun en début d'année. L'éditeur table sur des noms à même d'attirer l'attention avec l'évocation de ses parents par le politologue Olivier Duhamel (Colette et Jacques), les interrogations de femmes d'une même famille et de celles d'un groupe d'amies par les journalistes Elsa Boublil (Le temps d'apprendre à vivre) et Sarah Koskievic (La meute), ou encore le destin fantasque d'un marin breton du XVIIIe siècle par le grand reporter Jean-Marie Quéméner (La république des pirates). Stock adopte une stratégie similaire en éditant le texte d'Alain-Fabien -Delon, De la race des seigneurs, récit des tourments d'un jeune homme « fils de », et Les petits garçons, histoire d'une amitié d'enfance signée par Théodore Bourdeau, journaliste et producteur éditorial de l'émission Quotidien. Calmann-Lévy publie Battements de cœur, premier roman de Cécile Pivot, fille de Bernard, et le prometteur San Perdido où David Zukerman conte la légende d'un orphelin noir aux yeux bleus, devenu justicier d'une petite ville côtière du Panama. Robert Laffont -publie la fiction politique, Fake news, écrite à quatre mains par Michèle Cotta et Robert Namias.

Variété des thèmes

Au total, vingt-quatre éditeurs ne programment que des premiers romans pour leur rentrée d'hiver. Cette envie de diversité explore des thèmes aussi variés que la situation des femmes au Liban dans Imane de Lina Zakhour (Hémisphères), les bouleversements du corps à l'adolescence avec L'odeur de chlore par Irma Pelatan (La Contre-Allée) ou encore la condition ouvrière, des usines de poissons aux abattoirs de Bretagne, que Joseph Ponthus raconte dans A la ligne (La Table ronde). On plonge dans un quartier populaire d'Alger avec Magic Bab el Oued de Sabrina Kassa (Emmanuelle Collas), dans le Palerme des années 1960 à travers le journal intime de la narratrice d'Antonia de Gabriella Zalapì (Zoé), et dans les affrontements qui agitent le temps d'une journée Addis-Abbeba, capitale de l'Ethiopie, avec Kazenchis se tait le dimanche par Vincent Defait (Cambourakis).

A l'image de Jean--Baptiste Labrune qui publie L'ombre de son nom, le tout -premier roman des éditions -Magnani, plusieurs traducteurs franchissent le pas de la fiction. A L'Iconoclaste, Vincent Raynaud investit l'univers de l'industrie du rock des années 1980 dans Toutes les planètes que nous croisons sont mortes.

Au Tripode, Thierry -Decottignies signe La -fiction Ouest, -périple poétique dans un parc d'attractions où règnent folie et oppression. Egalement traductrice, Fanny Wallendorf propose L'appel, chez Finitude, ou le destin de -celui qu'on surnomme « Hurluberlu », un pas-sionné de saut en hauteur. Un menu de rentrée alléchant, qui invite les lecteurs à se délecter avec Stéphane Malandrin et son insatiable Mangeur de livres, à paraître au Seuil. W

Léopoldine Leblanc

Continuité en littérature étrangère

Conservant une production stable, les éditeurs de littérature étrangère misent à la fois sur la découverte de nouveaux auteurs et les titres déjà récompensés dans leurs pays.

Après une -mauvaise année 2017 et une année 2018 -incertaine, les éditeurs sont prudents, -d'autant plus que la littérature -étrangère est chère à -publier. Ils restent à un niveau de -production bas, 157 -romans -étrangers à paraître en -janvier et -février, soit 2,6 % de plus qu'en début -d'année (153). Avec Internet et les -réseaux -sociaux, les -lecteurs français suivent -l'actualité étrangère comme celle de leur pays. Ils -attendent donc avec impatience les « hot books » dont on a parlé lors de la Foire de Francfort, les titres -récompensés par les grands prix littéraires étrangers, le -second roman d'un auteur découvert précédemment ou le nouveau livre de leur auteur favori.

Des auteurs primés

Nombre de titres arrivent auréolés d'un prix littéraire ou d'une sélection. La goûteuse d'Hitler de la romancière italienne Rosella Postorino (Albin Michel), d'après l'histoire vraie d'un groupe de goûteuses au service du dictateur, a reçu le prix Campiello cette année. Le chant des -revenants arrivera couronné du National Book Award 2017 pour Jesmyn Ward (-Belfond), seule femme à l'avoir reçu deux fois. Les tribulations d'Arthur Mineur, un roman loufoque d'Andrew Sean Greer (J. Chambon) a été distingué du Pulitzer 2018. Fayard annonce le Man Booker Prize 2017, -Lincoln au Bardo de George Saunders, sur la guerre de Sécession, Laffont le prix catalan -Documenta, Frère de glace, premier roman d'Alicia Kopf. Grasset édite le prix Impac irlandais, D'os et de lumière de Mike -McCormack, et Albin Michel, le prix du Meilleur roman de l'année irlandais, Grace, de Paul Lynch, sur fond de famine en 1845. Stock publiera le prix -Fintro, Trouble, de Jeroen Olyslaegers, qui met en scène Anvers en 1940, et la plus jeune finaliste du Booker Prize, Daisy Johnson, avec son premier roman, Tout ce qui nous submerge. De son côté, Verdier a traduit le prix du Livre allemand 2017, -décerné à -Francfort, La -capitale de Robert -Menasse ; Macha Publishing le Booker russe 2016, La -citadelle de Piotr Alechkovski. Actes Sud mise sur le prix Sapir 2016 (prestigieux prix littéraire israélien), L'énigme Elsa Weiss, premier roman de Michal Ben-Naftali et sur le prix des libraires japonais, La grande traversée de Shion Miura. Flammarion programme le Al-Multaqa Arabic Short Story Prize décerné à Blagues pour miliciens de Mazen Maarouf. Les dévastés de J. J. Amaworo Wilson, présenté pour la rentrée de L'Observatoire, a reçu trois prix et a figuré dans cinq sélections. Nous qui n'étions rien de Madeleine Thien (Phébus) a été finaliste du Man Booker Prize, Le sport des rois de C. E. Morgan (Gallimard), finaliste du Pulitzer 2017, et Boy erased de Garrard Conley (Autrement) a figuré sur la liste des meilleurs livres de 2016 d'Oprah Winfrey.

Nouvelles voix

Plusieurs éditeurs jouent la carte de la découverte, évitant aussi de payer les droits trop élevés des livres primés, et se tournent vers les nouvelles voix, extrêmement nombreuses en cette rentrée. On découvrira ainsi les Américains Jen Beagin (Buchet-Chastel), Curtis Dawkins (Fayard), -Katharine Dion (Gallmeister), Robin MacArthur (Albin Michel), Ben Metcalf (Post-éditions), Ryan Ruby (Presses de la Cité), Jenny Zhang (Picquier) qui évoque le quotidien de fillettes chinoises émigrées aux Etats-Unis, la Nigérianne Oyinkan Braithwaite, avec un « roman ovni » -(Delcourt). On lira la Néerlandaise Sytske Van Koeveringe (Nil) avec un premier roman sur la solitude à la manière de Mrs Dalloway, l'Argentine Paula Porroni (Noir sur blanc), l'Indonésienne Clarissa Goenawan (Les Escales), l'Italien Simone Somekh (Mercure de France), l'Allemande Sasha Marianna Salzmann (Grasset), les Anglais Claire Adam (Lattès) et Jem Lester (Stéphane Marsan). Ou des auteurs traduits pour la première fois en France comme le Danois Kaspar Colling Nielsen, à la fois sur les migrants et le retour à la nature (Calmann-Lévy), et l'Italienne Paola Cereda (Autrement).

Hot books et nouvelles traductions

Annoncés parfois plusieurs années à l'avance, les « hot books » de Francfort sortent enfin tels qu'Une famille comme il faut de l'Italienne Rosa Ventrella, dont l'histoire se situe dans une ville pauvre des Pouilles et que Les Escales ont acquis aux enchères. Attendus aussi, les seconds romans d'écrivains repérés avec leur premier, comme Les variations sentimentales de l'Américain André Aciman (Call me by your name, adapté au cinéma) ou Diavolina, le roman sur Maxime Gorki du Hongrois György Spiró (Actes Sud). 

On pourra aussi redécouvrir des œuvres majeures retraduites comme les Confessions d'un masque de Yukio Mishima, traduit pour la première fois du -japonais par Dominique Palmé (Gallimard), les œuvres de l'auteur étant jusque-là traduites de l'anglais. Les -traductions ont été révisées pour Rendez-vous à Samarra de John -O'Hara (L'Olivier), Christa. T. de Christa Wolf (Stock), Les feux de -Shôhei Ooka (Autrement) et de La bouche pleine de terre de Branimir Scepanovic, considéré comme un grand classique serbe (Tusitala). Rivages proposera la première -traduction de Shiloh de -Shelby Foote, grand texte sur la guerre de -Sécession inédit en France. Du côté de l'histoire littéraire, citons Frantumaglia d'Elena Ferrante (Gallimard), sur les grands thèmes de son œuvre, les Carnets de -Goliarda Sapienza (Tripode), Jours de travail de John Steinbeck, le journal tenu pendant la rédaction des Raisins de la colère (Laffont), et le Journal secret de l'Italien Curzio Malaparte (Quai -Voltaire), alors qu'il était correspondant de guerre auprès des troupes allemandes sur les fronts de l'est et du nord de l'Europe.

Plusieurs autres grands noms sont annoncés avec les nouveaux livres -d'Antonio Lobo -Antunes, Kate -Atkinson, Tracy Chevalier, Nikki Gemmell, Edgar Hilsenrath, Ma Jian, considéré comme l'un des écrivains chinois majeurs, Karl Ove Knausgaard, Peter Høeg, l'auteur de Smilla, Erri De Luca, Joyce -Maynard, -Thomas McGuane, -Leonardo Padura, Ann Patchett, Bernhard Schlink, Colm Tóibín, qui reprend le mythe d'Iphigénie, David Vann. Mais on ne saurait clore ce panorama sans un petit clin d'œil à -Severina, l'héroïne de l'Espagnol Rodrigo Rey--Rosa, une voleuse de livres « attirante et cultivée » qui tombe amoureuse d'un libraire (L'Atinoir). W

Claude Combet

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités