Disparition

Décès d’Ursula K. Le Guin, figure majeure de la science-fiction

Ursula Kroeber Le Guin en 2008. - Photo GORTHIAN - OWN WORK, CC BY-SA 3.0

Décès d’Ursula K. Le Guin, figure majeure de la science-fiction

L’auteure prolifique des romans composant le "Cycle de l’Ekumen" et de la série "Terremer" est morte à l’âge de 88 ans, à Portland (Oregon, Etats-Unis).

J’achète l’article 1.50 €

Par Léopoldine Leblanc,
Créé le 24.01.2018 à 14h59,
Mis à jour le 24.01.2018 à 15h00

Ses romans ont contribué à donner leurs lettres de noblesse à la science-fiction. La romancière américaine Ursula K. Le Guin, auteure des romans du "Cycle de l’Ekumen" et de la trilogie "Terremer", est décédée à 88 ans, lundi 22 janvier, à Portland (Oregon, Etats-Unis). L’écrivain américain Stephen King a salué sur Twitter celle qui fut "une icône de la littérature".
 
Née Ursula Kroeber à Berkeley en 1929, l’auteure californienne est attirée très jeune par la science-fiction qu’elle dévore puis délaisse en estimant ce genre trop masculin et stéréotypé. Titulaire d’un Master en littérature romane du Moyen-Age et de la Renaissance de l’université Columbia, elle poursuit ses études à Paris où elle rencontre son futur époux Charles Le Guin. A son retour au Etats-Unis, elle met de côté ses études pour élever ses enfants. La famille s’installe sur la Côte Ouest, à Portland (Oregon), où son mari enseigne l’histoire à l’université.
 
Ce n’est qu’à la fin des années 1960 que la romancière renoue avec la science-fiction et la fantasy en publiant son premier roman Le monde de Rocannon en 1966, puis Le sorcier de Terremer en 1968. Ce roman de fantasy est le premier de l’univers "Terremer", complété par Les Tombeaux d’Atuan (1970) et L’Ultime Rivage (1972). La série comptera par la suite les romans Tehanu (Robert Laffont, 1977) et Le vent d’ailleurs (Robert Laffont, 2005) ainsi que le recueil des Contes de Terremer (Robert Laffont, 2003), qui inspira l’adaptation cinématographique de Goro Miyazaki en 2006.
 
En 1969, la publication de "La main gauche de la nuit" la consacre comme écrivaine de science-fiction quand le livre remporte les prix Hugo et Nebula, deux prix majeurs du genre. Ce best-seller, volume du "Cycle de l’Ekumen" (14 publications), se déroule sur la planète Gethen, où les habitants ne sont ni mâles ni femelles, et sera suivi par plusieurs romans et nouvelles.

Anarchisme, taoïsme, écologie et féminisme

L’œuvre de cet écrivaine prolifique traduite dans plus de 40 langues compte 20 romans dont le "Cycle des chats volants" et la trilogie "Chronique des rivages de l'Ouest", une dizaine de recueils de poésie, une centaine de nouvelles réunies en différents volumes, ainsi que plusieurs essais, livres pour enfants et traductions. Ses romans mêlent des influences de la pensée anarchiste et taoïste, mais aussi écologiste et féministe pour donner un nouveau souffle au genre. Certains de ses ouvrages, comme "La main gauche de la nuit" vendu à plusieurs millions d’exemplaires à travers le monde, ont régulièrement été réédités depuis cinquante ans. La romancière avait cessé d’écrire depuis plusieurs années, excepté sur son blog qu’elle alimentait régulièrement.

Plusieurs fois citée pour le prix Nobel de littérature, elle a remporté de nombreux Prix Hugo, dont le dernier en août dernier pour sa nouvelle The Tomato Thief, et Prix Locus. Les National Book Awards lui ont décerné en 2014 la Médaille pour sa contribution aux Lettres Américaines, récompensant un individu pour son impact exceptionnel sur l'héritage littéraire des Etats-Unis. En 2008, elle avait reçu le Grand prix de l'Imaginaire pour son recueil Quatre chemins de pardon (L'Atalante).

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités