Disparition

Décès de Maurice Rajsfus, rescapé du Vel' d'Hiv et spécialiste des violences policières

Maurice Rasjfus - Photo LIBERTALIA

Décès de Maurice Rajsfus, rescapé du Vel' d'Hiv et spécialiste des violences policières

De la Rafle du Vel d'hiv à la défense des libertés individuelles, Maurice Rajsfus laisse une œuvre témoignant de son engagement contre toute forme de pouvoir autoritaire.

Par Vincy Thomas,
avec afp,
Créé le 15.06.2020 à 11h14,
Mis à jour le 15.06.2020 à 12h00

Maurice Rajsfus, ancien président de l'Observatoire des libertés publiques, écrivain, journaliste, militant et historien spécialisé dans les violences policières qu'il recensait depuis mai 1968, est décédé samedi 13 juin à l'âge de 92 ans, a annoncé son fils Marc Plocki à l'AFP.

"Infatigable militant antiraciste et antifasciste, Maurice Rajsfus fut un des créateurs de 'Ras l'Front' au début des années 1990 et animateur du bulletin Que fait la police ? qui dénonça pendant près de 25 ans les violences et l'arbitraire policier", indique son fils.

Rescapé, à 14 ans, de la Rafle du Vel' d'Hiv, il s'intéressa par la suite comme historien à cet événement et se fit connaître par un premier ouvrage sur l'U.G.I.F. (Union générale des israélites de France) intitulé Des juifs dans la collaboration (EDI, disponible en version numérique). 

Cité comme témoin de la défense au procès de Maurice Papon, il avait refusé d'obéir à la convocation et avait finalement été dispensé. Défenseur de la cause palestinienne et antisioniste, il fit plusieurs séjours au Proche-Orient et produit plusieurs ouvrages sur le sujet au milieu des années 90.

Auteur d'une soixantaine d'ouvrages, il avait récemment confié à Libération son souhait de vouloir transmettre ses archives d'articles autour de violences policières, méticuleusement constituées de 1968 à 2014.

La rafle, la police et les libertés individuelles

"Maurice Rajsfus vient de nous quitter après un combat inégal de six semaines contre la maladie. Nous poursuivrons ses combats pour la justice et l'émancipation. Ami, ta rage n'est pas perdue!", ont réagi les éditions Libertalia, qui avaient édité Je n'aime pas la police de mon pays : l'aventure du bulletin Que fait la police ? : 1994-2012.

Parmi les livres qu'il avait écrit, retenons Jeudi noir : l'honneur perdu de la France profonde, 16 juillet 1942 (L'Harmattan), Une Enfance laïque et républicaine (Manya), 10 ans en 1938 : souvenirs d'enfance à l'ombre du donjon de Vincennes (Verticales), Bavures : ordre public, désordre privé (L'esprit frappeur),

C'est au Cherche-Midi que Maurice Rajsfus a été le plus souvent publié: La police de Vichy : les forces de l'ordre françaises au service de la Gestapo, 1940-1944, Drancy, un camp de concentration très ordinaire : 1941-1944, La police hors la loi : des milliers de bavures sans ordonnances, depuis 1968, Les Français de la débâcle, juin-septembre 1940, un si bel été, Mai 68 : sous les pavés, la répression (mai 1968-mars 1974), La censure militaire et policière (1914-1918), De la victoire à la débâcle : 1919-1940, 16 juillet 1942, la rafle du Vel d'Hiv, Opération étoile jaune, La censure militaire et policière (1914-1918) ou encore Le chagrin et la colère, où il réagit face à l'absence de réactions et l'acceptation par la société française des atteintes aux libertés individuelles d'une politique sécuritaire.

La maison avait publié en 2014 son dernier essai, Sommes-nous tous des individus ?, sur la persistance en France de clivages sociaux et sur les enjeux de la reconnaissance de chacun en tant qu'individu. Toujours d'actualité.

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
v

Véronique

il y a 3 mois à 13 h 01

belle chronique pour une mémoire a entretenir


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités