Congrès de l'ABF : la bibliothèque au-delà du livre | Livres Hebdo

Par Véronique Heurtematte, Laurence Santantonios, le 15.06.2012 (mis à jour le 09.10.2014 à 16h54) ABF

Congrès de l'ABF : la bibliothèque au-delà du livre

Les interventions ont attiré quelque 650 congressistes à Montreuil, du 7 au 9 juin. - Photo OLIVIER DION

Dans une société en pleine mutation, la bibliothèque conserve un rôle de premier plan, à condition de devenir un lieu culturel et social au champ d'action bien plus vaste que celui du livre et de la lecture. A ce titre, elle doit se trouver au coeur des stratégies politiques. C'est la conclusion du 58e congrès de l'Association des bibliothécaires de France, qui s'est tenu à Montreuil du 7 au 9 juin.

Programmée en pleine période électorale nationale, la 58e édition du congrès annuel de l'Association des bibliothécaires de France, organisée à Montreuil en Seine-Saint-Denis du 7 au 9 juin, était placée sous une double interrogation : quelle est la place des bibliothèques dans les politiques publiques ? Et, plus radicalement : Faut-il encore des bibliothèques ? Cette dernière question, qui a occupé deux sessions entières, était un brin provocante et plus rhétorique que réelle, mais elle révèle la perplexité de la profession concernant son avenir. Elle avait aussi tout son sens dans la thématique retenue, car certains élus se plaisent à la poser, se demandant si le numérique et Internet ne vont pas rendre les établissements superflus. Les différentes interventions, de grande qualité, ont apporté aux quelque 650 congressistes des réponses stimulantes et de solides arguments en faveur des bibliothèques, même si les problèmes, en particulier budgétaires, n'ont pas été occultés. L'importance des bibliothèques dans la vie quotidienne de nos concitoyens a été rappelée à plusieurs reprises, bien qu'elles n'atteignent pas, loin s'en faut, les scores des pays nordiques. Elles sont, selon une enquête du ministère de la Culture, la troisième pratique de loisirs des Français, derrière le jardinage et la cuisine. Nicolas Georges, directeur du livre et de la lecture, a donné en avant-première un aperçu des très attendues statistiques nationales pour 2010, qui devraient être publiées en juillet prochain. Le nombre d'inscrits est passé de 17,5 % en 2005 à 16,2 % en 2010, mais la fréquentation a augmenté de 18 % sur la même période. De manière plus imagée, Dominique Lahary, vice-président de l'ABF, a rappelé que les bibliothèques du Val-d'Oise recevaient 2 millions de visiteurs par an, soit plus que le parc Astérix !

Dominique Lahary à gauche et Pascal Wagner à droite, autour de la bibliothécaire Dominique Tabah. - Photo OLIVIER DION

Créer une nouvelle terminologie

>Le principal défi pour les bibliothécaires est d'imaginer la bibliothèque de l'avenir et de se positionner dans un contexte culturel et social en perpétuelle évolution. L'éclairage apporté par Véronique Balbo-Bonneval, directrice de la culture et du patrimoine de la communauté d'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, s'est révélé particulièrement stimulant. Dans cette collectivité, le projet des bibliothèques s'est appuyé sur une analyse en profondeur des principales caractéristiques de la société actuelle (la société du temps libre, la société numérique, le besoin de nouveaux lieux de vie publique, etc.) et de la façon dont les bibliothèques pouvaient y prendre part. "Il faut arrêter de parler de lecture publique, car les bibliothèques, c'est bien plus que cela, a souligné l'intervenante. Nous devons inventer un autre terme qui reflète mieux la diversité de leur rôle." Les nombreux retours d'expérience ont montré de manière très concrète toute la richesse et la diversité de ce rôle. Le programme développé dans l'Etat de Rio de Janeiro, au Brésil, est à ce titre remarquable. Selon un modèle inspiré des initiatives menées en Colombie, le gouvernement crée des "bibliothèques-parcs" dans les quartiers les plus défavorisés. Au coeur des favelas, ces très beaux équipements jouent un rôle structurant essentiel. Sauf à la direction, le personnel est recruté parmi les habitants du quartier et formé à l'accueil d'urgence (ces secteurs comptent un nombre important de personnes droguées) plutôt qu'à la bibliothéconomie !

L'adéquation de la bibliothèque à son contexte est en effet la clé indispensable à sa réussite, car, comme l'a rappelé Odile Grandet, chef de projet bibliothèque du Campus Condorcet de Paris-Aubervilliers, "il n'y a pas un modèle unique mais des lieux adaptés à leur territoire". Dans ce futur complexe universitaire gigantesque, la bibliothèque a été pensée dès l'origine comme "le point de convergence des disciplines, des étudiants et des chercheurs" et comme "le ciment du projet universitaire". Autre vision salutaire, celle de Suzanne Payette, directrice de la bibliothèque de la ville de Brossard, au Québec : "La bibliothèque de prestige, les citoyens s'en fichent. Il faut qu'elle apparaisse comme aussi indispensable que l'eau du robinet et que les élus voient le retour sur investissement." Pour y parvenir, selon elle, les bibliothécaires doivent sortir de derrière leur comptoir et apporter une plus-value aux collections et aux services. Responsable d'un établissement ouvert 61 heures (bientôt 69) par semaine 7 jours sur 7, Suzanne Payette a un peu bousculé l'assistance en déclarant qu'elle ne comprenait pas qu'en France les bibliothèques soient fermées le dimanche. "Il faut ouvrir quand les gens ont le temps de venir, pas quand ils travaillent. Sinon, vous n'aurez personne !"

Le groupe Yas and the Lightmotiv s'est produit en concert le jeudi matin pour l'inauguration du salon professionnel. - Photo OLIVIER DION

+ 18 %

C'EST L'AUGMENTATION DE LA FRÉQUENTATION des bibliothèques entre 2005 et 2010. Durant la même période, cependant, le nombre d'inscrits a chuté de 17,5 % à 16,2 %.

LE GRAND CHAMBARDEMENT

En 2013, statuts oblige, l'Association des bibliothécaires de France va vivre un grand chambardement. En novembre et décembre, les adhérents vont élire les nouveaux conseils d'administration des 21 groupes régionaux dont les présidents forment le conseil national. En janvier, ce conseil national élira à son tour le nouveau bureau national qui devrait être complètement renouvelé. Le président, Pascal Wagner, par exemple, qui a fait deux mandats, doit céder sa place. Quant à Dominique Lahary, vice-président actuel, il ne désire pas se représenter. "Nous vivons la relève générationnelle que nous avons cherché à favoriser, commente Pascal Wagner, on sent bien que les états d'esprit changent, que les sujets qui fâchaient ne fâchent plus. Par exemple, chacun accepte aujourd'hui que notre légitimité vient davantage de notre capacité à rendre des services au public que de nos collections."

Même si le nombre d'adhérents - 2416 - reste encore trop faible par rapport au nombre de bibliothécaires actuels (25 000), l'association enregistre une progression des adhésions depuis deux ans, après une période d'effritement sur plusieurs années. Parmi les dossiers prioritaires : inclure les bibliothèques dans la loi Hadopi, participer à la nouvelle étape de la décentralisation à l'automne prochain, veiller à ce que les moyens d'une politique de l'Etat et des collectivités territoriales demeurent et progressent, développer la gratuité des services et l'extension des horaires d'ouverture... L. S.

Mais que font les politiques ?

La question centrale du congrès - la bibliothèque dans les politiques publiques - a été traitée en filigrane. Les élus présents ont bien sûr tous affirmé que les bibliothèques étaient un outil majeur dans leurs politiques culturelles et sociales. Sur le terrain, les choses ne sont pas aussi évidentes. Dominique Lahary a souligné que les professionnels avaient la responsabilité de convaincre les élus de l'importance de leurs établissements, et devaient oeuvrer pour que ceux-ci soient inscrits au coeur des grands projets nationaux, comme la réforme territoriale en cours. La table ronde organisée sur les politiques nationales a abordé essentiellement les initiatives prises pour la coopération numérique, que ce soit à la BNF ou dans les bibliothèques universitaires. L'actualité, dans ce domaine, est l'émergence des premières licences nationales négociées avec les éditeurs pour les ressources numériques et la création de la plateforme Istex, réservée dans un premier temps aux bibliothèques de recherche.

Sur le stand « Sleeve face », les congressistes venaient se faire photographier en posant avec une pochette de 33 tours de leur choix. - Photo OLIVIER DION

Rencontres

L'édition 2012 du congrès a inauguré quelques nouveautés appréciées des participants, comme les 2 (3 ?) espaces de rencontres où différents organismes sont venus présenter leurs actions. Le stand "sleeve face", qui proposait aux congressistes de se faire photographier en posant avec une pochette de 33 tours de leur choix, a apporté une touche d'humour décalé et donné au congrès une ambiance "à l'américaine" bienvenue. Les prochaines rencontres nationales de l'ABF auront lieu à Lyon en juin 2013.

Situés au coeur de l'espace du congrès, les exposants ont apprécié de participer pleinement à l'activité générale. - Photo OLIVIER DION

close

S’abonner à #La Lettre