Cœurs ennemis et ennemis des cœurs dans les salles | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 30.04.2019 à 13h21 (mis à jour le 30.04.2019 à 14h00) Cinéma

Cœurs ennemis et ennemis des cœurs dans les salles

Alexander Skarsgård, Jason Clarke, Keira Knightley dans "Coeurs ennemis" - Photo 20TH CENTURY FOX

Cœurs ennemis, adapté du roman Dans la maison de l'autre de Rhidian Brook, sort le 1er mai au cinéma en France. Deux autres films - Tremblements et Coming Out - abordent la difficulté d'être homosexuel.

Juste à la sortie de la seconde guerre mondiale, une femme anglaise, qui ne se remet pas de la mort de son fils sous les bombardements allemands, rejoint son mari à Hambourg, ville en ruines dans un pays défait. Son mari, colonel chargé d'assurer la paix chez les vaincus, a réquisitionné une somptueuse demeure d'architecte et se voit cohaibter avec le propriétaire, séduisant et mélomane. Mais la détestation de l'ennemi est de courte durée. Délaissée par un mari trop occupé, elle trouve en cet allemand l'écoute et le réconfort nécessaires.

Cœurs ennemis, réalisé par James Kent, est un mélodrame passionnel sur la résilience et l'aspiration à se reconstruire. Interprété par Keira Knightley, Jason Clarke et Alexander Skarsgard, le film est l'adaptation du roman de Rhidian Brook, Dans la maison de l'autre (Fleuve noir, 2013 et en poche chez 10-18,  2015), traduit par Gabrielle Merchez et Frédérique Daber. Tous formats confondus, le livre s'était vendu à 15000 exemplaires en France.
 

L'auteur s'est inspiré de l'histoire de son grand-père pour écrire ce roman, traduit en 25 langues. Il avait proposé l'histoire à la société de production de Ridley Scott, qui avait vécu la même situation: celle de vivre dans une maison d'un notable allemand à Francfort juste après la guerre. Cœurs ennemis a d'abord rédigé un scénario pour le cinéma quand l'éditeur Penguin Books lui a demandé d'en faire un livre. L'écrivain est d'ailleurs crédité comme co-scénariste du film.

Rhidan Brool a publié en France Tête d'affiche (Nil). Son prochain roman, L'étrange histoire du collectionneur de papillons paraîtra chez Fleuve en août.
 

Dans les salles le 1er mai

Deux autres très beaux films sortent en salles le 1er mai: Tremblements, de Jayro Bustamente, qui raconte l'histoire d'un père de famille dont la vie est bousculée par sa relation avec un autre homme. Le film montre une société guatémaltèque oppressive, intégriste et machiste, qui le pousse à se faire soigner avec une thérapie de conversion aussi violente que révoltante. 
Et Coming Out, documentaire de Denis Parrot, qui assemble une vingtaine de témoignages diffusés sur Internet entre 2012 et 2018, où de jeunes gens révèlent leur orientation sexuelle à leurs familles, qui réagisssent différemment, de l'amour inconditionnel au rejet le plus brutal.

Plusieurs ouvrages en fiction, en bande dessinée ou en non-fiction évoquent cette difficulté d'être homosexuel, et de se sentir ennemi ou décalé au sein de sa propre famille. Parmi eux, la bande dessinée d'Anneli Furmark et Monika Steinholm, traduit du suédois par Florence Sisask, Au plus près (Editions Ça et Là, 2018). J'ai lu, dans sa collection "Pour elle" en romance, a publié également en 2018 le deuxième tome de Fierté, Coming Out, de Sarina Bowen et Elle Kennedy. Et toujours, en disponible en numérique, il y a Osez faire votre coming out de Paul Parent, préfacé par Philippe Besson, et paru chez La Musardine en 2012.

Les thérapies de conversion et de réorientation sexuelle sont devenus un sujet politique et social depuis quelques années. Si de nombreux ouvrages religieux prônent l'abstinence ou le la banalisation de l'homosexualité, certains évoquent des liens à construire entre la communauté LGBT+ et la foi.
Récemment, on a pu voir ou lire Boy Erased, film sorti en mars, adapté du livre de témoignage de Garrard Conley éponyme (Autrement, 2019). Un autre livre de témoignage, du coming out à la tentative de réorientation sexuelle, avait été publié chez Ourania en 201: Ma vie dans le milieu gay du nageur hollandais Richard Oostrum. Enfin, dans son roman De purs hommes, Mohamed Mbougar Sarr (Philippe Rey, 2018), enquête sur la mort d'un homosexuel dans un paus où la religion gouverne les mœurs.


 

Sur les mêmes thèmes (2 articles)

close

S’abonner à #La Lettre