Céline sur les écrans | Livres Hebdo

Par Julia Deck, le 08.03.2016 à 16h09 (mis à jour le 08.03.2016 à 17h00) Cinéma

Céline sur les écrans

Denis Lavant dans "Louis-Ferdinand Céline" d’Emmanuel Bourdieu. - Photo PIERRE COLLIER

Le film Louis-Ferdinand Céline sort mercredi 9 mars dans les salles françaises en même temps que trois autres adaptations: Room, Brooklyn et le troisième volet de Divergente.

S’il ne s’agit pas exactement d’une adaptation, le film Louis-Ferdinand Céline d’Emmanuel Bourdieu, au cinéma à partir de mercredi 9 mars avec Denis Lavant dans le rôle titre, s’inspire de la correspondance entre l’écrivain et Milton Hindus, jeune professeur juif américain qui écrivit son admiration au romancier avant de le rencontrer à Copenhague en 1947.

Dans sa correspondance, Milton Hindus livre de Céline un portrait où se mêlent enthousiasme pour l’œuvre et répulsion pour l’antisémitisme de l’homme. Publiée aux Editions de l’Herne sous le titre Rencontre à Copenhague en 2008, cette correspondance est également disponible dans les Cahiers Céline, volume 11, chez Gallimard, depuis 2012.

L'univers dans une chambre

Egalement sur les écrans français cette semaine, Room est adapté du roman éponyme de la Canadienne Emma Donoghue, aussi auteure du scénario. Le film raconte l’histoire de Jack, 5 ans, et de sa mère Ma, retenus prisonniers dans une chambre. C’est à cette pièce que l’univers se résume pour le petit garçon, avant que Ma ne risque tout pour lui faire découvrir le monde extérieur. Publié sous son titre anglais chez Stock dans "La Cosmopolite" en 2011, Room est reparu au Livre de Poche en 2013. Quatre fois nominé aux oscars, le film, une production irlando-canadienne réalisée par Lenny Abrahamson, a finalement valu celui de la meilleure actrice à Brie Larson.
 
Production britannico-irlando-canadienne encore pour Brooklyn de John Crowley, tiré du roman du même nom de Colm Toibin. Dans le film comme dans le livre, Ellis, jeune immigrée irlandaise aux Etats-Unis, est contrainte de rentrer au pays natal à la mort de sa sœur, et de choisir entre le nouveau et l’ancien monde. Paru en 2011 chez Robert Laffont, l’ouvrage vient de reparaître chez ce même éditeur avec l’affiche du film en couverture.
 
Enfin, dans un tout autre registre, le troisième volet de la trilogie Divergente porte à l’écran le dernier volume en date de la série éponyme de Veronica Roth, paru chez Nathan Jeunesse en 2014 et réédité en février avec l’affiche du film en couverture.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre