Benoît Jacquot adapte "Suzanna Andler" de Marguerite Duras | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, le 23.12.2019 à 18h45 (mis à jour le 23.12.2019 à 20h46) Cinéma

Benoît Jacquot adapte "Suzanna Andler" de Marguerite Duras

Charlotte Gainsbourg incarne Suzanna Andler dans le nouveau film de Benoît Jacquot

Benoît Jacquot adapte la pièce Suzanna Andler de Marguerite Duras  avec Charlotte Gainsbourg dans le rôle principal.

Le réalisateur Benoît Jacquot va adapter la pièce Suzanna Andler de Marguerite Duras sur grand écran a annoncé Le film français. Produit par Les Films du lendemain, l'adaptation réunit Charlotte Gainsbourg et Niels Schneider.

L'action de la pièce se situe dans les années 1960. Suzanna a 40 ans. Vieillie avant l’âge et coincée dans un mariage de classe sociale aisée, elle visite une villa en bord de mer pour savoir si elle peut la louer pour y passer l’été avec son mari Jean et ses enfants. Mais elle n’est pas seule. Elle est venue avec Michel, son amant, le premier de toute sa vie. Le texte a été publié chez Gallimard, d'abord dans le deuxième tome de son anthologie Théâtre (1968) puis dans le deuxième tome de ses Œuvres complètes en 2011.

Le tournage, débuté le 4 décembre, s'achève cette semaine. Le film, distribué par Les films du losange, pourrait être prêt pour le prochain Festival de Cannes.

Suzanna Andler serait la 12e adaptation de Benoît Jacquot. Son premier film, L'assassin musicien était une version cinématographique de Netotschka Nezvanova, un roman inachevé de Fiodor Dostoievski (Autrement, 1995), avec Anna Karina, récemment disparue. S'en sont suivis, entre autres, une adaptation des Ailes de la colombe d'après le roman éponyme d'Henry James (Gallimard, 1988), d'Adolphe de Benjamin Constant (Gallimard, 2005) et de La fausse suivante de Marivaux (Gallimard, 2006). Plus récemment, il a réalisé Les Adieux à la reine (2012) d'après le roman de Chantal Thomas, publié au Seuil (2002) ou encore Dernier amour en 2019, issu des mémoires de Casanova, Histoires de ma vie (Robert Laffont).
close

S’abonner à #La Lettre