Audrey Azoulay annonce des mesures pour les libraires et traducteurs francophones | Livres Hebdo

Par Pierre Georges, le 04.11.2016 à 18h00 (mis à jour le 07.11.2016 à 13h30) Liban

Audrey Azoulay annonce des mesures pour les libraires et traducteurs francophones

Audrey Azoulay - Photo DR

A l'ouverture du Salon du livre francophone de Beyrouth, la ministre de la Culture a annoncé l'élargissement des aides aux librairies francophones hors de France ainsi que des aides à la traduction dans le bassin méditerranéen.

Participant au Liban à l'inauguration du 23e Salon du livre francophone de Beyrouth, troisième salon du livre français dans le monde par sa fréquentation, la ministre française de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay, y a présenté des mesures pour les librairies francophones hors de France et pour les traducteurs afin de soutenir le secteur du livre francophone dans le bassin méditerranéen. 

Nouvelles aides aux librairies francophones 

La ministre a d'abord annoncé la création d'un fonds d'aide à la transmission des librairies francophones, géré par le Centre national du livre (CNL) et la Centrale de l'édition. Ce fonds "permettra au repreneur de bénéficier d'un prêt à taux zéro pouvant atteindre 150000 euros", précise un communiqué du ministère de la Culture. 

Dans le même temps, les aides du CNL aux librairies francophones sont élargies à l'acquisition de logiciels, au développement de sites internet, à la formation du personnel et à la rénovation. Enfin, d'après le communiqué du ministère, les librairies labellisées "librairies francophones de référence" "vont bénéficier d'une hausse du plafond des garanties financières accordées par la Centrale de l'édition". 

Ces mesures de soutien étaient demandées par l'Association internationale des libraires francophones (AILF), notamment en avril lors de la dernière visite d'Audrey Azoulay en Egypte, où elle avait rencontré les libraires francophones du Caire. Agnès Debiage, vice-présidente de l'AILF, avait alors "sensibilisé la ministre sur le fait que l'AILF est une association non subventionnée sur son budget de fonctionnement, ce qui remet chaque année en question son existence même", avait-elle expliqué à Livres Hebdo. 

En juillet 2015, l'AILF avait déjà interpellé, dans un plaidoyer, le ministère de la Culture pour que l'Etat reconnaisse davantage les librairies francophones "comme partenaire de la politique économique et culturelle locale" et à ce titre engagent avec elles de vraies coopérations de travail dans la durée.

Soutien aux traducteurs

L'autre mesure annoncée par la ministre à Beyrouth concerne les traducteurs dans le bassin méditerranéen. Dans le cadre des dispositifs de soutien à la traduction mis en place par le CNL, Audrey Azoulay a annoncé qu'un accompagnement exceptionnel "permettant de prendre en charge jusqu'à 70% des coûts de traduction des projets impliquant des langues de la région méditerranéenne serait mis en place". 

D'autre part, précise le ministère, l'Etat "va engager les démarches nécessaires vis-à-vis de la Commission européenne afin de proposer la création d'un “Euromed” de la traduction". 
close

S’abonner à #La Lettre