Au Caire, Audrey Azoulay rencontre les libraires francophones | Livres Hebdo

Par Pierre Georges, le 20.04.2016 à 18h23 (mis à jour le 20.04.2016 à 19h00) Egypte

Au Caire, Audrey Azoulay rencontre les libraires francophones

Audrey Azoulay avec les libraires francophones au Caire. - Photo A. DEBIAGE

Accompagnant François Hollande lors de son voyage officiel au Proche-Orient, la ministre de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay, a rencontré, lundi 18 avril, les libraires francophones d'Egypte.

La ministre de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay, a rencontré lundi 18 avril les libraires francophones du Caire à la librairie Oum el Dounia, en plein centre-ville de la capitale égyptienne. La ministre accompagnait François Hollande, en visite d'Etat officielle de quatre jours au Proche-Orient.

"J'ai eu le sentiment que la ministre tenait à cette réunion, elle s'est montrée très attentive, posant plusieurs questions et émettant des pistes de réflexion", observe Agnès Debiage, vice-présidente de l'Association internationale des libraires francophones (AILF) et directrice d'Oum El Dounia. Gehane Rizkallah (librairie Les Amis du livre), André Ragheb (Distribooks), Nurhan Nabil (librairie Renaissance) et Alain Hourian (librairie Franco-égyptienne) étaient également présents à cette rencontre initiée par l'Institut français d'Egypte et l'AILF.

Aides à la librairie francophone
 
Après une introduction de Lucienne d'Alençon, de l'Institut français d'Egypte, pour présenter le marché égyptien du livre francophone, la rencontre s'est organisée autour de trois points présentés par les libraires égyptiens. 

Les dispositifs d'aide aux librairies du pays, mis en place par le Centre national du livre en 2004 pour répondre à une forte dévaluation, et en 2011 suite à la révolution, ont été évoqués en premier. Les libraires ont proposé à la ministre de déplafonner l'aide à la diversification des fonds en langue française, dans le but d’aider les librairies francophones d'Egypte à restocker. 

La ministre et les libraires ont ensuite abordé les difficultés auxquelles ces derniers font face, en particulier les nouvelles réglementations limitant les importations, la dévaluation de la livre égyptienne ou encore la forte censure exercée notamment sur les manuels scolaires. 

Enfin, Agnès Debiage, en qualité de vice-présidente de l'AILF, a présenté à Audrey Azoulay l'association, son histoire, ses objectifs et son fonctionnement. "Nous avons sensibilisé la ministre sur le fait que l'AILF est une association non subventionnée sur son budget de fonctionnement, ce qui remet chaque année en question son existence même", explique-t-elle.

La réunion d’une vingtaine de minutes, a été "très importante pour notre association", estime Agnès Debiage. A son terme, "Mme Azoulay s'est vue remettre deux exemplaires d'un dossier complet sur l'AILF", indique un post sur la page Facebook "AILF Libraires".
close

S’abonner à #La Lettre