Asli Erdogan a été déférée au tribunal puis emprisonnée | Livres Hebdo

Par Pierre Georges, le 22.08.2016 à 17h56 (mis à jour le 23.08.2016 à 12h54) Turquie

Asli Erdogan a été déférée au tribunal puis emprisonnée

L'écrivaine turque Asli Erdogan - Photo DR

Arrêtée dans la nuit du 16 au 17 août, la romancière turque est actuellement retenue à la prison stambouliotte de Bakirköy.

Après avoir été arrêtée à son domicile d'Istanbul dans la nuit du 16 au 17 août, la romancière et journaliste Asli Erdogan a été placée en garde à vue au bureau de lutte contre le terrorisme de la sécurité turque, puis est passée devant le juge vendredi 19 août. Elle a depuis été mise en détention à la prison pour femmes de Bakirköy, à Istanbul, d'après un communiqué de son éditeur français, Actes Sud. 

La romancière y est retenue sur la base de trois chefs d'accusation : "propagande en faveur d'une organisation terroriste", "appartenance à une organisation terroriste" et "incitation au désordre". 

Son arrestation fait suite à la fermeture par la 8e cour criminelle d'Istanbul du journal Ozgun Gundem, dont elle est membre de la rédaction et du conseil d'administration. Vingt autres journalistes de ce quotidien auraient également été arrêtés, d'après le Pen International. Le quotidien d'opposition est connu pour ses positions pro-Kurdes et a été fermé par décret en même temps qu'une centaine d'autres médias et maisons d'édition. Cette vague d'arrestation et de répression menée par le gouvernement Erdogan fait suite au coup d'Etat manqué en Turquie le 15 juillet dernier.

Pétition en ligne

"Vendredi, un premier collectif d'auteurs turcs s'est réuni pour élaborer une pétition demandant sa libération. Ce matin, un comité de soutien s'est mis en place et a commencé un sit-in face à la prison pour demander sa libération", relate l'agent littéraire Pierre Astier sur Facebook. Une pétition en trois langues (turc, anglais et allemand) circule sur le site change.org.

La semaine dernière, dix grands patrons de l'édition mondiale se sont alarmés dans un texte de ces multiples atteintes à la liberté d'expression. Dans un communiqué daté du 22 août, l'Alliance internationale des éditeurs indépendants, association réunissant 400 éditeurs de 46 pays, appelle également les autorités turques "à libérer immédiatement les éditeurs, mais aussi les auteurs et journalistes actuellement détenus".
close

S’abonner à #La Lettre