Cinéma

Après la marche, l’Empereur nage au cinéma

L’Empereur - Photo LUC JACQUET

Après la marche, l’Empereur nage au cinéma

Douze ans après son oscarisé Marche de l’Empereur, Luc Jacquet revient sur grand écran le 15 février avec le premier voyage d’un jeune manchot, dont les images sont disponibles dans des beaux livres parus chez Paulsen. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
Créé le 14.02.2017 à 12h50,
Mis à jour le 14.02.2017 à 13h00

Douze années après La Marche de l’Empereur, qui a notamment reçu l’Oscar du meilleur film documentaire en 2006, Luc Jacquet revient au cinéma avec L’Empereur, auquel Lambert Wilson a prêté sa voix et dont la sortie en salles, le 15 février, s'accompagne de plusieurs livres.

Dans ce deuxième opus, le réalisateur passionné de l’Antarctique suit un jeune manchot qui se prépare à vivre son premier voyage, sous le regard de son père. Après plusieurs mois sur la banquise, il rejoint instinctivement l’océan et traverse des épreuves pour accomplir son destin, assurer sa survie et celle son espèce.

 
Pendant 45 jours, l’expédition Wild-Touch in Antarctica, initiée par Luc Jacquet avec une équipe de 11 personnes, a investi la banquise pour "témoigner de la beauté, de l’incroyable biodiversité [de l’Antarctique] et [en] apporter une vision inédite", indique le réalisateur dans un communiqué. Une équipe de plongeurs a pu, grâce aux avancées technologiques, faire découvrir une facette méconnue de la vie des manchots empereurs: leur vie sous-marine.

En librairie et au musée
 
A l’occasion de la sortie du film, Paulsen a publié le 22 septembre dernier Antarctica!, qui livre un récit photographique de l’expédition avec notamment les images de Vincent Munier sur la banquise, et de Laurent Ballesta sous la glace. Dans L’Empereur, publié le 2 février, Luc Jacquet revient également lui-même en images sur la vie de ces oiseaux du froid.
 
Pour les amoureux de l’Antarctique, Libretto publie par ailleurs, le 2 mars, Seul: premier hivernage en solitaire dans l’Antarctique, 1933-1934, dans lequel Richard Byrd, chef d’expédition, affronte, seul, un hiver glacial.

Enfin, jusqu’au 16 avril, le musée des Confluences, à Lyon, propose une exposition consacrée à l'Antatctique qui se présente comme une "ode à la biodiversité polaire et à sa protection".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités