A paraître

Alice Coffin se dévoile dans "Le génie lesbien"

Alice Coffin

Alice Coffin se dévoile dans "Le génie lesbien"

Au cœur d'une polémique politique au début de l'été, cyberharcelée depuis, l'élue, militante et journaliste Alice Coffin sort un livre où s'entremêle son parcours personnel, ses opinions et ses observations d'un monde toujours dominé par le genre masculin. "C’est la République qui ne me respecte pas en tant que lesbienne" écrit-elle dans un extrait publié dans cet article.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 29.09.2020 à 14h41,
Mis à jour le 29.09.2020 à 15h00

Nouvelle conseillère municipale de Paris, la féministe Alice Coffin sort le 30 septembre Le génie lesbien chez Grasset. L'éditeur a prévu un tirage de 5000 exemplaires.

A la fois récit autobiographique permettant de comprendre son parcours et son cheminement vers son activisme et critique d'une société encore trop dominée par les hommes blancs, l'essai aborde tous les sujets actuels du féminisme, de la violence faite aux femmes à l'ère #metoo, de la procréation médicale assistée à la représentation des femmes dans les médias.

Loin des slogans radicaux auxquels on la rattache, celle qui a été mise dans la lumière au début de l'été pour avoir provoqué la démission de l'adjoint à la Culture de la ville de Paris, Christophe Girard, rappelle la nécessité de ses combats avec un mélange de faits étayés et d'ironie légère. Si elle partage aussi une part de son intimité, notamment sur son identité, ce sont bien ses colères qui font le trait d'union entre ce qu'elle est et ce qu'elle fait, entre ses déclarations chocs (et elle a du cran) et ses actions (notamment au sein du collectif La Barbe).

L'auteure aura le droit à son portrait dans Libération. Elle a donné plusieurs interviews (Têtu, Elle, ...). Côté radio, elle est attendu dans la Matinale de France Cuture, dans "Pas son genre" sur France Inter. Elle a participera aussi à des podcasts comme "Quoi de meuf".Elle devrait aussi intervenir dans le journal du soir de Patricia Loison sur Franceinfo TV, dans l'émission de Bruce Tousssaint sur BFM TV, et dans "C Politique" sur France 5, présenté par Karim Rissouli.

Née en 1978, journaliste spécialisées sur les questions de genre et les communautés LGBTQI+, cofondatrice de la Conférence européenne lesbienne et de l'Association des journalistes LGBT (AJP), membre de La Barbe et des Dégommeuses, Alice Coffin est élue écologiste au Conseil de Paris depuis juin 2020. Elle est régulièrement attaquée pour ses prises de positions, qualifiées parfois d'excessives ou jugées radicales. Victime de cyberharcèlement, placée sous protection policière depuis qu'elle a poussé Christophe Girard à la démission, coupable d'avoir été un soutien et ami de Gabriel Matzneff, écrivain faisant l'éloge de la pédophilie et de l'emprise psychologique sur des adolescentes et adolescents.
 

Extrait du livre "Le génie Lesbien" d'Alice Coffin

Nous avons réussi à obtenir une invitation, avec une amie, elle aussi représentante d’une association lesbienne. Veronica et moi, on se connaît bien. Cela fait dix ans qu’au sein du groupe activiste La Barbe, on arpente les scènes des sommets économiques, politiques, culturels du pays, pour moquer, barbe postiche au menton, les grands hommes qui se produisent entre eux. On a crié tant de fois « Gloire au patriarcat, messieurs tenez bon ! La Barbe salue votre résistance à la terrible féminisation qui gangrène certaines instances ». Aller voir Emmanuel Macron ne nous impressionne pas. Pas assez, selon les autres délégations LGBT. Quelques responsables s’opposent à notre stratégie de lesbiennes en colère. Cela fait sept ans que les gouvernements français nous baladent sur la PMA ; nous plaidons pour une attitude ultra-offensive.
Une fois à l’Élysée, je suis médusée par l’obséquiosité et la faiblesse politique de certains participants. Emmanuel Macron écoute, avec patience et bienveillance, leurs doléances. Puis il confirme un nouveau report du calendrier de la PMA. Je suis révoltée par cette nouvelle farce du pouvoir. Je hausse la voix, lui reproche ses mensonges et ceux de tous les autres politiques. Il se raidit et me traite de « procureur ». Il me dit : « Vous ne respectez pas 13le cadre de la République. » Je lui rétorque : « Mais c’est la République qui ne me respecte pas en tant que lesbienne. Vous, citoyen hétérosexuel, vous avez plus de droits que moi. »
Le président, c’est le corps de la nation. La nation a un corps. Il est devant moi. Il me demande de me calmer. De me taire, en fait. Son corps à lui est libre. Son corps a des droits sur le mien. Sur ce que je peux en faire, ou pas.
Inutile et douloureux de continuer. Nous quittons la salle. La presse titrera exactement comme nous l’avions souhaité : « PMA : deux associations de lesbiennes ont claqué la porte de la réunion avec Macron » (Le HuffPost).
 

 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités