Alan Hollinghurst, prix du meilleur livre étranger 2013 | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 15.11.2013 à 16h45 (mis à jour le 15.11.2013 à 17h00)

Alan Hollinghurst, prix du meilleur livre étranger 2013

Alan Hollinghurst

Le roman L'enfant de l'étranger, du Britannique Alan Hollinghurst (Albin Michel) et l'essai Psaumes balbutiés, du Belge Erwin Mortier (Fayard), recevront le 28 novembre le prix du Meilleur livre étranger 2013

L'enfant de l'étranger, du Britannique Alan Hollinghurst (Albin Michel), traduit de l'anglais par Bernard Turle, remporte le prix du Meilleur livre étranger 2013 dans la catégorie Romans; et Psaumes balbutiés. Livre des heures de ma mère, du Belge Erwin Mortier (Fayard), traduit du néerlandais par Marie Hooghe, est couronné dans la catégorie Essais. Les lauréats recevront leur prix le 28 novembre à Paris, dans le cadre des «Escales littéraires».

Cinquième roman d'Alan Hollinghurst, L'enfant de l'étranger est une saga de plus de 700 pages qui met en scène trois générations d'une famille britannique, de 1913 à 2008, auscultant à la loupe la société britannique, son regard sur l'homosexualité, les rapports de classe.

Né en 1954 à Stroud, Alan Hollinghurst a été critique littéraire au Times Literary Supplement de 1982 à 1995 et a reçu le Somerset Maugham Award en 1988 pour La piscine-bibliothèque (Bourgois, 1991) et le Booker Prize en 2005 pour La ligne de beauté (Fayard, 2007).
Il a devancé Richard Ford avec Canada (L'Olivier), Le jardin de l'aveugle, de Nadeem Aslam (Seuil) et Confiteor, de Jaume Cabre (Actes Sud), sélectionnés dans la catégorie Romans.

Dans ses Psaumes balbutiés. Livre des heures de ma mère, Erwin Mortier décrit en une succession de fragments poétiques la longue dégradation de sa mère, atteinte de la maladie d'Alzheimer. Il coiffe au poteau trois autres essais: Une vie de Montaigne, de Sarah Bakewell (Albin Michel), La fin de l'homme rouge, de Svetlana Alexievitch (Actes Sud) et Nous les Eitingon, de Mary-Kay Wilmers (Liana Levi).
close

S’abonner à #La Lettre