Rentrée littéraire 2021

Akiz, « Le chien » (Flammarion) : Une dynamique gastronomique

AKIZ - Photo © LULA BORNHAK

Akiz, « Le chien » (Flammarion) : Une dynamique gastronomique

Un suspense culinaire dérangeant dans le premier roman de l'auteur allemand Akiz. Qui dévore qui dans cette fable point affable ? Tirage à 7500 exemplaires.

J’achète l’article 1.50 €

Par Kerenn Elkaim,
Créé le 16.06.2021 à 10h00,
Mis à jour le 16.06.2021 à 16h09

« Pour nous tous, Le Chien était une énigme. Comme un sphinx. » Nul ne sait comment ce garçon sauvage s'est échappé de l'enfer. De quoi créer une légende... Or cette captivité a forcément laissé des traces physiques et psychologiques. « Il faisait penser à une statue filiforme d'un autre temps. » Difficile d'intégrer le monde ambiant. Les mots ne sortent pas vraiment de sa bouche, mais cela n'empêche pas Mo de se prendre d'affection pour lui. Mo est le narrateur de ce roman étonnant. Il se perçoit comme son initiateur culinaire dans un snack à kebabs, tenu par Vaclav, « un sale type ». Vu qu'ils n'ont pas l'intention de passer une éternité là-bas, ils s'évadent avec la caisse. El Cion les fait nettement plus saliver. Le restaurant le plus en vue de la ville attire tout le gratin glamour, intellectuel et politique. « La véritable clé du succès de l'El Cion n'a jamais été le goût de la nourriture. C'était les histoires, aussi précieuses que de l'or pur. » Un lieu indéniablement luxueux tenu par Valentino, véritable maître culinaire, qui sort de prison. Des étoiles plein les yeux, les deux compères s'offrent un dîner somptueux avec leur nouveau butin. Ils sortent néanmoins du lot avec leur look de clochards. Dans l'incapacité de payer la totalité de l'addition, ils sont priés d'assurer la plonge. « La Cuisine brute représentait un art de vivre », dans lequel Le Chien se jette à corps perdu. Il « s'enfonçait dans le magma de saveurs sur sa langue. » Repéré par Valentino, il a le droit d'intégrer les fourneaux. Cet honneur ne plaît guère à l'assistante du chef, la redoutable Lily. Cultivant son côté animal, Le Chien devient la star à suivre, tant il semble imprévisible dans ses recettes et son comportement. « Il nous avait rendus accros à son art de la cuisine. Qui a le goût de neige qui fond sur la langue, comme le souffle des dieux ? » Autant dire qu'il attise la jalousie... Adapté par Netflix, ce premier roman parvient à instaurer un malaise intriguant. Il faut dire que le scénariste, réalisateur et artiste Akiz sait doser ses ingrédients. Il fait mijoter ses lecteurs en jouant sur les saveurs du suspense et s'amuse à scruter une société de nantis, tout en s'interrogeant sur le goût de l'Autre.

Akiz
Le Chien Traduit de l'allemand par Brice Germain
Flammarion
Tirage: 7 500 ex.
Prix: 20 € ; 250 p.
ISBN: 9782080234483

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités