Rapport d'activité

2019, une année charnière pour l'Enssib

Le bâtiment de l'Enssib à Villeurbanne (Rhône) - Photo DR

2019, une année charnière pour l'Enssib

Dans son rapport annuel, l'école revient sur l'étoffement de sa programmation, le renforcement de son offre de formation, la consolidation de ses projets numériques innovants et ses nouveaux axes de développement.

J’achète l’article 1.50 €

Par Mylène Moulin,
Créé le 29.09.2020 à 18h02,
Mis à jour le 29.09.2020 à 19h31

Dans son rapport général publié le 21 septembre, l’Enssib offre une vue d'ensemble sur les activités et la situation stratégique de cette institution chargée de former les cadres d’État des bibliothèques, conservateurs et bibliothécaires recrutés par concours et confirme sa position comme laboratoire d'observation et d'essai des pratiques professionnelles en bibliothèques. L'établissement français de référence dans le domaine des sciences de l’information, de la bibliothéconomie et de la maîtrise du numérique informationnel, qui fêtera ses 30 ans en 2022, s’est attelé à coordonner ses réflexions en matière d’évolution des métiers et des compétences à travers un projet de restructuration de son pôle d’information sur les métiers. 

Projets aboutis

En 2019, l'école a lancé et finalisé plusieurs projets tels que BiblioTouch, l’Abécédaire des mondes lettrés ou HyperOtlet dont l'objectif est de repenser le modèle éditorial du livre clos pour développer des instruments de lecture dans un nouveau dispositif numérique, « l’hyperdocument ». L'année écoulée a vu l'avancement du projet PLACED qui vise à repenser les liens entre événements et collections au sein des bibliothèques avec la mise en place de deux prototypes, PARTICIPATE et EXPLORE testés dans trois bibliothèques partenaires (Lyon, Aarhus, Göteborg). Du côté de la programmation, 2019 a montré une grande diversité d'évènements, rencontres et journées d'études mobilisant les partenaires locaux, nationaux et internationaux comme la Biennale du numérique. Avec pas moins de 19 grands rendez-vous autour de thématiques telles que l’histoire du livre et du patrimoine, ou la collaboration avec les associations professionnelles, les agences régionales ou les grandes institutions, l'Enssib s'est attachée en 2019 à répondre aux préoccupations majeures du secteur. 

Renforcer la formation

En matière de formation initiale et continue, 2019 est présentée comme une année « de consolidation ». En 2019, l’Enssib a accueilli 115 élèves fonctionnaires et 129 étudiants inscrits en master et dans le diplôme de Cadre Opérationnel des Bibliothèques et de la Documentation, et 929 stagiaires en formation continue. En fort développement, le pôle Formation tout au long de la vie (FTLV) a lancé 13 nouvelles formations l'an dernier notamment dans le domaine de la Science ouverte ou du management. En parrallèle, une attention particulière a été portée à la formation des fonctionnaires stagiaires où les contenus ont été révisés pour inclure de nouvelles unités d’enseignement, en particulier dans le domaine du numérique. En complément, les modalités pédagogiques du Diplôme de conservateur de bibliothèque ont été revues : l’évaluation porte désormais davantage sur les compétences que sur les connaissances, des compétences que les élèves contribuent à mesurer en réalisant un portfolio. 

Bibliothèque ouverte

Avec un budget total de 131000 €, la bibliothèque de l'Enssib s'est affirmée en 2019 comme un pôle de ressources, de formation et d’expérimentation pour l'école comme pour ses communautés. Elle a renforcé son double rôle d’accompagnement des enseignements et de prestation d’information documentaire en mettant en place deux lettres d’information : l’une afin de rendre visibles et accessibles des articles de revues papier et électroniques, l’autre consacrée à la valorisation des monographies récentes, papier et électroniques. En 2019, l’Enssib a également lancé Balisages, une nouvelle revue de recherche en accès ouvert qui explore les formes et formats techniques et décrypte leurs enjeux cognitifs, info-communicationnels et politiques sous le regard d’une anthropologie du savoir. Le premier numéro : « Les objets nativement numériques : transformations et nouveaux enjeux documentaires ? » est paru en 2020. 

Transition bibliographique

En interne, 2019 a vu l'aboutissement de projets structurants : poursuite du chantier de rénovation de ses espaces, avec la fin très attendue de la transformation de son amphithéâtre; lancement d’un nouveau projet de transformation de salle pédagogique ; expérimentation d’une pédagothèque chargée d’accompagner les pratiques pédagogiques innovantes ; transformation des pratiques éditoriales. L'école a également travaillé sur la transition bibliographique dans le catalogue de sa bibliothèque avec un travail de recensement de tous les gisements de documents, notamment numériques. L’équipe a pu ainsi entamer son premier désherbage depuis le début des années 2000 et un récolement massif des collections en libre accès. 24130 exemplaires ont été scannés en 34 heures et 3 agents ont fait les vérifications/corrections en 50 heures. La prochaine étape de ce projet portera sur le récolement des magasins de monographies puis la mise en place d'un récolement régulier des collections. 

Pour 2020 les trois axes stratégiques de l'école s'articulent autour de trois mots-clés : « clarification », « transversalité », « expérimentation ». En détail : redéfinir et affirmer la cohérence de l’Enssib ; définir sa spécialité, au croisement des Sciences de l’information et des bibliothèques et de l’histoire du livre, ce qui constitue « l’ADN » de l’école, pour la faire évoluer vers un nouveau modèle ; et faire de l’Enssib un établissement de référence dans les réseaux ayant besoin de sa compétence.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités