179 000 visiteurs au Salon du livre et de la presse jeunesse 2018 | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 04.12.2018 à 08h30 (mis à jour le 04.12.2018 à 10h27) Montreuil

179 000 visiteurs au Salon du livre et de la presse jeunesse 2018

Dans les allées du salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil 2018. - Photo ©OLIVIER DION

Avec une légère hausse de sa fréquentation, le grand rendez-vous de l’édition jeunesse, qui s’est déroulé du 28 novembre au 3 décembre dans une ambiance chaleureuse, attire toujours un large public et sait le toucher avec des thèmes contemporains.
 

Alors que Paris s'embrasait avec les manifestations des gilets jaunes des Champs-Elysées à Opéra, la 34e édition du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, qui s’est déroulée du 28 novembre au 3 décembre sur le thème "Nos futurs" a constitué une bulle préservée des événements extérieurs.

179 000 visiteurs se sont pressés dans ses allées, selon les organisateurs, contre 175 000 l’an dernier. La manifestation est un véritable rendez-vous culturel pour les parents qui y amènent leurs enfants, même si certains ont eu le sentiment que les Parisiens de l’ouest ne s’étaient pas déplacés samedi. Les scolaires ont aussi été plus nombreux : ils étaient 28 000 enfants (contre 26 000 l’an dernier), soit 1 300 classes, dont 360 classes de 90 collèges du département.

Sylvie Vassallo, directrice du Salon, note l’augmentation de la fréquentation par les familles. "Notre politique de gratuité a payé : 95% du public entre gratuitement. Le salon est gratuit pendant trois jours et nous avons distribué des invitations aux enfants qui sont venus avec les écoles pour qu’ils reviennent avec leurs parents", explique-t-elle. 

Records de ventes chez Sarbacane

Les ventes ont été stables, et excellentes pour certains éditeurs comme Sarbacane qui a battu tous ses records et Les Grandes Personnes qui enregistrent une hausse de 12 %.

Ce sont les grandes signatures qui font les bons chiffres des éditeurs. Les libraires ont dû aménager les queues pour les dédicaces de Clémentine Beauvais et Rebecca Dautremer (Sarbacane), Mr Tan, auteur de Mortelle Adèle (Tourbillon), Benjamin Lacombe (Albin Michel Jeunesse), Gilles Bachelet (Seuil Jeunesse), et Riad Sattouf (Allary). Les adolescents et jeunes adultes aussi programment leur venue pour y rencontrer leurs auteurs favoris de romans, parfois venus de l’étranger, ou les booktubeurs qu’ils suivent sur le Net comme Nine Gorman (Albin Michel), Maiwenn Alix (Milan) ou Victor Dixen (Laffont). 

Par ailleurs, "Des éditeurs espagnols, américains, anglais, japonais visitent le salon, rencontrent leurs confrères français avec lesquels ils travaillent, et prennent le pouls de l’édition française", souligne Sylvie Vassallo.  

Expositions, rencontres (126 créateurs et 126 créatrices étaient invités) et le thème "Nos futurs" ont conquis et donné une vraie dynamique au salon, démontrant sa capacité de refléter les problématiques contemporaines. "La littérature de jeunesse accompagne le dialogue des enfants sur la société actuelle, sans leur imposer des idées reçues", explique la directrice de la manifestation, qui en veut pour preuve le succès des deux thématiques comme l’égalité homme-femme et l’accueil des migrants. A ce titre, le mur d’images, les rencontres et la carte blanche au collectif Encrages ont constitué des moments d'émotion. 

Célébrations festives

L’ambiance est toujours festive à Montreuil et la soirée du samedi a été l’occasion pour L’Ecole des loisirs d’organiser une lecture-concert pour le 2Broadway Limited de Malika Ferdjoukh. Nathan a réuni ses auteurs, tandis que Didier Jeunesse a fêté ses 30 ans, et les Fourmis rouges leurs 5 ans. 

Le salon est toujours un rendez-vous pour les professionnels, qui sont en augmentation de 10%. Cette année, on pouvait assister aux débats comme « auteur, un métier « no future » ? » organisé par la Charte des auteurs et illustrateurs pour la jeunesse, au nouveau comptoir des auteurs et des illustrateurs (abritant 25 organismes et associations), à la remise du brevet de médiation littéraire de l’Ecole du livre de jeunesse du CPLJ… Les blogueurs y ont aussi leur place : ils ont rencontré Marie Pavlenko au comptoir des auteurs pour son prochain livre, Un si petit oiseau, chez Flammarion Jeunesse.  

"Les visiteurs de Montreuil ont une vraie appétence pour le livre : ils viennent chercher l’album de création", raconte Emmanuelle Beulque, directrice littéraire de Sarbacane. Les Pépites décernées à des petits éditeurs comme L’Atelier du poisson soluble (Le tracas de Blaise, Pépite d’or) et L’Agrume (Duel au soleil, Pépite de l’album), un nouvel emplacement pour Hong Fei, incitent à la découverte.

Comme la rencontre avec de nouveaux auteurs : Dix jours avant la fin du monde de Manon Fargetton est la 3emeilleure vente de Gallimard Jeunesse après Les animaux fantastiques et Harry Potter. Et c’est à Montreuil que le Danois Aksel Koie a choisi de lancer sa plateforme de streaming de livres de jeunesse, Piboco : "Les livres français sont les plus beaux", explique-t-il.

Le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil est bien la vitrine d’une édition jeunesse française exceptionnelle. En 2019, la 35eédition se déroulera du 27 novembre au 2 décembre. 
 

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre