Belgique

Une vente de dessins d'Uderzo suspendue après une plainte du dessinateur

Albert Uderzo en 2009. - Photo OLIVIER DION

Une vente de dessins d'Uderzo suspendue après une plainte du dessinateur

Uderzo a porté plainte pour "abus de confiance" après avoir retrouvé quelques uns de ses dessins, réalisés entre 1940 et 1963, au programme d'une vente aux enchères belge.

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
avec AFP,
Créé le 11.12.2017 à 15h32,
Mis à jour le 11.12.2017 à 18h22

Une vente aux enchères de dessins et planches d'Albert Uderzo, créateur d'Astérix avec René Goscinny, a été suspendue à Bruxelles après une plainte pour "abus de confiance" déposée par le dessinateur. "Ces dessins m'ont été empruntés vers 2012, je ne sais plus pourquoi. On me demande souvent mes premiers dessins pour écrire des livres", a expliqué samedi 9 décembre à l'AFP Albert Uderzo. "Je conteste évidemment cette vente".
 
La vente aux enchères, "Uderzo, des débuts en fanfare", consacrée à des dessins réalisés entre 1940 et 1963, était programmée le 17 décembre à l'Hôtel des ventes Lempertz de Bruxelles. Une plainte a été déposée par Albert Uderzo pour "abus de confiance" concernant certains dessins et une enquête a été ouverte, a-t-on confirmé de source judiciaire.
 
"Marché trop copieux"
 
"Monsieur Uderzo dit que les planches ont disparu depuis 2012, ce qui est complètement faux, mais j'ai préféré suspendre la vente et attendre que la justice fasse son travail", a indiqué à l'AFP Alain Huberty, l'organisateur de la vente avec Marc Breyne.
 
"Il y a trente ans, les dessinateurs ne récupéraient pas toujours les planches de bandes dessinées chez les éditeurs et certaines terminaient à la benne", a expliqué Alain Huberty. "Des gens qui travaillaient dans les maisons d'édition les récupéraient, plutôt que de les voir terminer à la poubelle […] Aujourd'hui, toutes ces planches valent de l'argent et je vois affluer des plaintes, "c'est à moi, c'est volé, etc." même si sans l'intervention de ces personnes, les dessins seraient partis à la poubelle", a poursuivi l'expert en BD de la galerie Huberty & Breyne, qui précise qu'"en général, ces plaintes finissent toujours infondées".
 
Mais Albert Uderzo juge pour sa part que "ce trafic d'originaux de bandes dessinés est devenu un marché parallèle trop copieux".
 
La vente des planches d'Uderzo s'accompagnait de celle de 250 lots d'albums de bande dessinée de la collection Rackam et de 90 pièces de planches originales. "Ces ventes sont bien évidemment maintenues", précise Alain Huberty.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités