Un bilan positif pour le salon de l'Autre livre | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, le 12.11.2019 à 18h57 (mis à jour le 12.11.2019 à 19h06) Manifestation

Un bilan positif pour le salon de l'Autre livre

L'Autre livre se tenait du 8 au 11 novembre à la Halle des Blancs MAnteaux (Paris, 4e arrondissement) - Photo ALEXIANE GUCHEREAU

Les éditeurs indépendants dressent un bilan positif du salon de l'Autre livre, qui s'est tenu du 8 au 11 novembre à la Halle des Blancs-Manteaux à Paris.

Les éditeurs indépendants dressent un bilan positif du salon de l'Autre livre, qui s'est tenu du 8 au 11 novembre à la Halle des Blancs-Manteaux à Paris. La 17e édition du salon a été marquée par sa durée exceptionnelle de quatre jours et par une transition au niveau du secrétariat de l'association organisatrice.

Thierry Marchaisse, qui participait pour la première fois, évoque de "très bonnes ventes", estimées à plus de 1000 euros sur quatre jours. De l'avis des participants, "le plus gros du salon s'est concentré sur samedi et dimanche", tandis que le lundi férié était assez calme, comme l'indique Guillaume Vissac des éditions Publie.net. L'éditeur a réalisé les trois quarts de son chiffres d'affaires, estimé à 900 euros, sur le seul week-end, un bilan bien meilleur qu'en 2018.
 
Un jour supplémentaire représente 300 euros. Galina Kabakova


Galina Kabakova, des éditions Flies France, se félicite de son côté d'avoir vendu environ 90 livres, un chiffre d'affaires similaire à l'an passé et apprécie le prolongement d'une journée. "Un jour supplémentaire représente 300 euros pour nous" explique la responsable, qui salue au passage l'aménagement du salon : "C'est une bonne idée qu'ils aient enlevé les cloisons, cela facilite le passage des visiteurs".

L'éditrice Claire Paulhan, des éditions éponymes, trouve elle aussi le lieu "plus aéré" grâce à la suppression des grilles. "Toujours contente de ce salon", elle constate un niveau de vente similaire à 2018, avec 59 livres vendus sur quatre jours.

Sur les mêmes thèmes (4 articles)

close

S’abonner à #La Lettre