Librairie

Installée au 45 boulevard de la Libération à Marseille, la librairie Transit est à la recherche d’un local. Depuis 8 ans, on trouve dans cette librairie des ouvrages peu représentés ailleurs, et notamment ceux d'éditeurs algériens et marocains. Un lieu engagé dans une ville de plus de 800000 habitants qui ne compte que 12 librairies.

Précaire par le métier exercé, Michel Touzet, l’un des fondateurs de l’association qui gère l'établissement, ne s’inquiète pas pour la recherche d’un nouveau local. Même si son appel le 13 janvier semblait alarmiste: "La librairie Transit est en danger C’est un appel d’urgence URGENT que nous lançons aujourd’hui car la librairie Transit est menacée de disparition. Nous avons été informé le 10 décembre 2020 par la propriétaire de sa décision de vendre rapidement le local du 45 boulevard de la libération. (...) Cette décision implique notre départ de ces lieux au plus tard le 10 mars 2021. Il nous faut donc trouver d'ici là un nouveau local nous permettant de poursuivre cette aventure associative, sinon la librairie Transit disparaîtra du paysage littéraire et militant marseillais" peut-on lire sur la page Facebook de la librairie.
 
Il rappelle toutefois qu’en tant qu’association et non entreprise, Transit n’a pas le droit aux subventions destinées aux libraires touchés par le Covid et aux aides accordées par le CNL. 

Clientèle fidèle

Avant d’être une librairie, Transit est une association née en 2011. « Quand l’idée de la librairie a germée, explique Michel Touzet, nous n’avions pas un sou en poche. Ce sont les éditeurs Marseillais, les éditions spécialisées dans la critique sociale et la librairie La Brèche qui nous ont permis d’avoir un fond. » Ce n’est qu’en 2012 que Transit s’est installée au 45 boulevard de la Libération. En attendant, l’association multiplie les tables à l’extérieure et les ventes dans des lieux tiers comme des squats, « même avec le local, nous n’avons pas arrêté car c’est important d’investir les lieux politiques et les quartiers nords avec ces tables extérieures » insiste le co-fondateur. 

« On souhaitait aussi créer un lieu où l’on peut trouver des livres qui ne sont vendus que de façon parcellaire dans les autres librairies » continu-t-il. La librairie propose effectivement un large choix d’ouvrages dédiés à la critique sociale et s’engage dans des projets dédiés à la promotion d’éditeurs étrangers. Une éthique qui marche puisque la librairie a sû s’attacher, au fil des années, une clientèle fidèle « d’alternatifs et de curieux. » 

 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités