Marseille

La librairie du Mucem bientôt cédée à Arteum dans un climat social tendu

Le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) à Marseille. - Photo DR

La librairie du Mucem bientôt cédée à Arteum dans un climat social tendu

Le groupe Actes Sud envisage de céder la gérance de la librairie du Mucem à la société Arteum, spécialisée dans les produits dérivés, dans le cadre d'une cession d'autorisation d'occupation temporaire. Les salariés appelent à la grève malgré la fermeture de l'établissement.

J’achète l’article 1.50 €

Par Alexiane Guchereau,
Créé le 24.12.2020 à 18h30,
Mis à jour le 05.01.2021 à 18h43

La section syndicale Sud Culture a appelé les salariés de la Librairie du Mucem à la grève depuis le milieu du mois de décembre, malgré la fermeture du Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée et de sa librairie, qui appartient au groupe Actes Sud. Selon le personnel, la boutique, gérée par le groupe Maupetit, serait cédée à Arteum "d'ici six mois" pour des raisons financières, au mépris selon Gilles Le Beuze, représentant du personnel, des sept salariés et de leurs conditions de travail.

"Lors du CSE extraordinaire du 10 décembre – dont la mise en place déroge sur plusieurs aspects au droit du travail – des représentants du personnel ont donc été informés qu’Actes Sud avait trouvé un repreneur et que la proposition allait être transmise à la direction du Mucem" appuie le syndicat.

De son côté Damien Bouticourt, directeur des librairies Maupetit et de l'antenne située au Mucem confirme à Livres Hebdo une "proposition de reprise d'activité" par Arteum. Selon lui, rien n'a encore été signé et la reprise est en cours de discussion. 

Menaces sur le livre?

L'annonce vient malgré tout alimenter la colère des salariés, exposés depuis des mois à une situation de "délitement". Dans un courrier, le syndicat Sud Culture rappelle que les salariés ont subi cinq mois de fermeture en raison de la crise sanitaire mais aussi le "départ de la très regrettée responsable de la librairie en octobre- un départ non-remplacé -, la démission de la personne chargée notamment de la réception et le refus qu’il profite de son préavis pour transmettre ses compétences et savoir-faire qu’il est le seul à maîtriser sur certaines tâches et aux départs pendant leur période d’essai des deux personnes embauchées en CDD". 

Par conséquent, le syndicat demande notamment que les salariés soient "traités correctement" et que des conditions de départ soient proposées aux personnes qui ne souhaitent pas travailler dans une boutique de produits dérivés puisque selon le représentant du personnel, la librairie de fond c’est "fini". "95% du chiffre d'affaire de la librairie, c'est les livres. Avec Arteum, c'est la fin de la librairie de fond. Les livres, c'est à 50% à 60% du chiffre d'affaires, le reste ce sont des produits dérivés " explique t-il.

Le syndicat a annoncé à Livres Hebdo que la direction doit apporter une réponse aux courriers et aux réclamations des salariés dans l'après midi du 24 décembre à l'occasion d'un comité d'entreprise.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités