GRANDS PRIX D'AUTOMNE

[Sur la route du Goncourt 2021] David Diop, « La porte du voyage sans retour » (Seuil) : mémoire coloniale

David Diop - Photo © HERMANCE TRIAY

[Sur la route du Goncourt 2021] David Diop, « La porte du voyage sans retour » (Seuil) : mémoire coloniale

Dans l'attente de connaître le 3 novembre le nouveau lauréat 2021 du prix Goncourt, Livres Hebdo revient sur les 16 romans de la première sélection.

Par Dahlia Girgis,
Créé le 16.09.2021 à 16h35,
Mis à jour le 16.09.2021 à 17h01

Le prix littéraire le plus attendu de la saison, le Goncourt, annoncera son lauréat 2021, le 3 novembre. Livres Hebdo vous propose de revenir sur chacun des 16 romans en lice, révélé dans une première sélection le 7 septembre.

Histoire coloniale, d'amour et de rencontre de l'autre. David Diop s'attaque à tous ces thèmes dans son troisième roman La porte du voyage sans retour, paru le 19 août aux éditions du Seuil. Il s'appuie sur le récit vrai de Michel Adanson, un botaniste français qui a vécu de 1727 à 1806. Sous la plume du lauréat de l'International Booker Prize 2021 (Frère d'âme), Michel Andanson arrive sur l'île de Gorée, surnommée la porte du voyage sans retour. Venu étudier la flore locale, les projets du jeune académicien sont bouleversés. Il découvre l'histoire d'une jeune Africaine, promise à l'esclavage, qui se serait évadée.

Adanson part à sa recherche, suivant les légendes et les contes que la fugitive a suscités.
"« Consumé par un incendie intérieur », le héros s'enflamme cœur et âme pour cette « sorcière », aussi belle que rebelle. Mais que peuvent deux êtres dans une ère étriquée ? Les racines sénégalaises de l'auteur nourrissent sa glaise littéraire" rapporte dans son avant-critique notre journaliste Kerenn Elkaim.

Porte-voix de la mémoire sénégalaise

À travers son art, David Diop rappelle l'Histoire du pays où il a grandi, le Sénégal. "Ces pages retracent un voyage initiatique éprouvant et enrichissant, au Sénégal, reflétant l'Occident colonisateur auquel il appartient. L'ombre esclavagiste plane sur ce pays. Le chercheur cartésien s'y familiarise avec ses croyances, coutumes et jeux de pouvoir", précise Kerenn Elkaim.

Tiré à 40000 exemplaires, le roman intègre cette semaine la 8e position du top 50 non-fiction des meilleures ventes GFK/Livres Hebdo. Plébiscité par les Inrockuptibles, France Inter/Le Point et Télérama, La porte du voyage sans retour s'est déjà écoulé à près de 13000 exemplaires selon GFK. Un début prometteur pour ce roman.

Né en 1966 à Paris, David Diop a grandi au Sénégal et étudié en France. Il est l'auteur de 1889, l’Attraction universelle (L’Harmattan, 2012) et de la Rhétorique nègre au XVIIIe siècle (Classiques Garnier, 2018), sur représentation de l'Africain et de la parole africaine dans la littérature du XVIIIe siècle.

À 55 ans, il devient le premier lauréat francophone a remporté le Booker Prize pour son roman Frère d'âme (Seuil). Paru en 2018, l'ouvrage qui revient sur l'histoire des tirailleurs sénégalais a également été récompensé par le Goncourt des lycéens.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités