Stephen King sauve la rubrique littéraire d’un journal du Maine | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, avec AFP, le 15.01.2019 à 15h30 (mis à jour le 18.01.2019 à 10h42) Etats-Unis

Stephen King sauve la rubrique littéraire d’un journal du Maine

Stephen King - Photo OLIVIER DION

L’écrivain américain a fait appel à ses abonnés Twitter pour empêcher la disparition de la rubrique littéraire du quotidien local The Portland Press Herald.
 

La notoriété du maître de l’horreur Stephen King a permis de sauver la rubrique littéraire d’un journal local américain menacée de suppression par des réductions de coût. Le Portland Press Herald, un des principaux quotidiens de l’Etat du Maine, où réside l’écrivain, devait fermer sa rubrique dominicale consacrée aux livres écrits par des auteurs de ce petit Etat frontalier du Canada.

Mais dans un tweet publié le 11 janvier, l’auteur de The shining (Alta, 1979), qui fut lui-même journaliste dans sa jeunesse, demandait au quotidien "de ne pas faire ça". Les écrivains du Maine "dépendent de ces critiques pour acheter du pain et du lait", a-t-il ajouté. Presque 9000 personnes ont relayé son message. Résultat, la direction du journal a réagi en le mettant au défi de l'aider à trouver 100 nouveaux abonnés pour compenser "les milliers de dollars" que coûtait la rubrique – rédigée essentiellement par des pigistes.

Merci à tous ceux qui se sont abonnés au Press-Herald. Stephen King

Lundi, l'objectif était largement atteint, puisque "près de 250 nouveaux abonnés" ont souscrit au journal grâce à l’opération selon son rédacteur en chef Cliff Schechtman. "Merci à tous ceux qui se sont abonnés au Press-Herald, a écrit Stephen King. Vous avez sauvé la mise. Il y a des pays où les arts sont considérés comme vitaux, mais malheureusement, pas celui-ci."

"Quand quelqu'un comme Stephen King s'implique, avec plus de 5 millions d’abonnés sur Twitter, on savait que ça aurait un impact. On s'est demandé comment il pourrait utiliser son influence pour soutenir le journalisme local", a indiqué Cliff Schechtman à l'AFP par téléphone. "Les pressions financières ne diminuent pas pour autant, le secteur subit des changements considérables, mais dans ce cas précis, c'est une fin heureuse", a-t-il souligné.

D’après une étude de la Guilde des auteurs américains publiée le 5 janvier, les revenus des écrivains aux Etats-Unis ont baissé de 42% pour atteindre un chiffre historiquement bas. En 2017, leur rémunération moyenne était de 6080 dollars (environ 5310 euros), contre 10500 dollars (environ 9165 euros) en 2009.

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre