Distribution

Retard de livraison : impasse entre MDS et le SLF

Chaîne de préparation des commandes, à Dourdan, dans l'entrepôt MDS - Photo DR.

Retard de livraison : impasse entre MDS et le SLF

Face à la colère des libraires dans la crise des retards de livraisons, MDS annonce de nouvelles mesures d'urgence. Le SLF les jugent "insuffisantes" et déplore "une méconnaissance des réalités du métier de libraire". 

J’achète l’article 1.50 €

Par Pierre Georges,
Créé le 27.11.2021 à 19h30,
Mis à jour le 20.12.2021 à 08h42

A la suite des retards de livraisons de la part de la filiale distribution du groupe Média-Participations MDS et des premières mesures d’urgence adressées aux libraires le 23 novembre, plusieurs séances de négociations se sont tenues avec le Syndicat national de la librairie française (SLF).

Alors que sur les réseaux sociaux les libraires se montrent furieux, MDS a envoyé une nouvelle communication aux points de vente (disponible dans les documents liés à cet article). "Des clients nous informent que parmi les lignes de commandes par un et deux exemplaires supprimées par MDS, les commandes individuelles des consommateurs étaient les plus sensibles. Selon les estimations qui nous sont remontées, les commandes consommateurs représenteraient environ 16% des lignes supprimées, soit environ 63 000 lignes de commandes », y écrit Olivier Barbé, directeur général de MDS.

De nouvelles mesures d’urgence pour rattraper en priorité ces 63 000 lignes de commandes sont annoncées, selon certains critères définis comme suit :
  • Dispositif ouvert du 1er au 3 décembre
  • Une seule commande par point de vente
  • La commande doit obligatoirement comporter la contremarque **1121
  • "Si le nombre de lignes dépassait au final 63.000 lignes, nous serions contraints de retirer les ouvrages parus en 2021 et ce jusqu’à l’atteinte des 63 000 lignes ouvertes.
  • Les livraisons seront réalisées avant le 24 décembre.
"Nous avons décidé unilatéralement de déployer toute une série de mesures totalement inédites dans leur ampleur, dans le contexte d’urgence que la crise nous imposait ", écrit à Livres Hebdo Stéphane Aznar, directeur général de Média Diffusion. "Nous ne pourrons pas aller-au delà de 63 000 lignes de commandes, mais nous pensons ainsi “sacraliser” le mieux possible ces fameuses commandes clés en cette période, et préserver ainsi la relation-clients de nos partenaires", ajoute-t-il.

Des mesures "de soutien à la profession"

La direction de MDS précise également que les commandes collectivités auront un dispositif comparable. " La contremarque **1121 sera de nouveau ouverte entre le 13 et 17 décembre, pour des livraisons en janvier 2022, dans le cas des commandes collectivités qui accepteraient d’être facturées en 2022 ", précise-t-elle. Des "mesures immédiates de soutien à l’ensemble de la profession"
sont aussi annoncées : échéance supplémentaire de 30 jours pour les factures réassort et nouveautés de novembre et décembre 2021, prolongement des crédits retours jusqu’à fin janvier 2022, échéance supplémentaire de 60 jours pour les offices nouveautés de janvier 2022, surremise inconditionnelle de 2% sur les office nouveautés de janvier 2022.

"Nous sommes conscients que les décisions annoncées en ce début de semaine sont difficiles, c’est hélas le seul moyen pour retrouver un fonctionnement normal, compte tenu de la situation d’engorgement de nos chaînes de traitement dans laquelle nous nous trouvons actuellement", écrit enfin Olivier Barbé, précisant qu’MDS travaillait "sur un fort développement" des capacités en 2022.

La colère du SLF

Ces nouvelles mesures de crise ne satisfont pas les libraires. "A l’issue de trois jours de négociation avec MDS, force est de constater que le compte n’y est pas", écrit le SLF à ses adhérents sur son site. Les mesures correctrices sont jugées "insuffisantes et/ou trop tardives pour rattraper et compenser le préjudice commercial et financier subi en librairie".

Pour les commandes de particuliers depuis le 9 novembre, supprimées par MDS, "les engagements de MDS ne permettent pas d’honorer l’intégralité de ces commandes clients en instance ni de garantir une livraison avant Noël", estiment les libraires. Pour les commandes de collectivités, les modalités annoncées ne permettent pas non plus de repasser l’ensemble des commandes. Pour les mesures commerciales : "la surremise annoncée de 2% en janvier est une remise “en cascade” qui ne concerne que les offices et pas le réassort", écrit enfin le SLF.

Dans ces conditions, le SLF n’entend pas poursuivre les discussions avec MDS et déplore "un manque d’anticipation et de concertation, une méconnaissance des réalités du métier de libraire et une prime accordée à la massification". Des doutes sont en outre émis sur "la capacité de MDS d’intégrer de nouveaux éditeurs importants en janvier 2022". Le SLF met enfin en place une page d’informations pratiques pour aider les libraires à gérer les conséquences des dysfonctionnements engendrés par cette crise.

"Nous avons effectivement longuement échangé avec le SLF et avons, de notre point de vue, répondu à la grande majorité de leurs préoccupations majeures", répond à cela Stéphane Aznar précisant être "désolé" que le SLF ne trouve pas satisfaisantes les mesures annoncées et se disant "heureux d’appliquer à l’ensemble du marché les mesures décidées".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités