[Réseaux sociaux et édition] Buchet-Chastel : «On est plus libre sur les réseaux sociaux»

[Réseaux sociaux et édition] Buchet-Chastel : «On est plus libre sur les réseaux sociaux»

Les réseaux sociaux sont pour la maison l'occasion de parler des livres différemment.

J’achète l’article 1.50 €

avec sp,
Créé le 02.08.2013 à 00h00,
Mis à jour le 02.08.2013 à 00h00

Les éditions Buchet-Chastel, qui publient chaque année une cinquantaine de romans et essais, ont 1 410 abonnés sur Facebook et 870 sur Twitter. Ici, les réseaux sociaux sont complémentaires : si les contenus postés sur le compte Facebook sont automatiquement publiés sur Twitter, le réseau social à l'oiseau bleu est aussi l'occasion de se rapprocher des lecteurs, comme répondre à des questions sur d'éventuels livres indisponibles.

Entretien avec Denis Guastella, responsable de la promotion numérique du groupe Libella dont fait partie Buchet-Chastel. Il anime les pages avec l'attachée de presse.

Livres Hebdo : Comment préparez-vous votre stratégie sur les réseaux sociaux pour vos livres de rentrée ?

Denis Guastella : Nous utilisons les réseaux sociaux comme des propagateurs d'information : nous relayons des articles de presse sur nos livres, des articles de blog. Nous avons également d'autres idées en cours de réflexion. Par ailleurs, nous allons changer d'identité graphique à la rentrée, et les réseaux sociaux accompagneront ce changement.

LH : Avez-vous créé des pages pour vos auteurs ?

DG : Non, car peu ont émis ce souhait. Certains auteurs ont créé leur propres pages : nous leur avons donné du contenu et nous partageons leurs publications. Mais peu d'auteurs sont demandeurs de cette visibilité.

LH : Quel impact ont eu jusqu'ici les réseaux sociaux chez vous en termes de marketing et de communication ?

DG : Nous relayons des opérations en librairie, des articles de presse, qui peuvent intéresser nos lecteurs. Les réseaux sociaux leur permettent d'en savoir plus sur nos livres, et en donnent une image complémentaire de celle de notre site web. On est plus libre de ce que l'on dit.
02.08 2013

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités