Crise sanitaire

Reconfinement : la distribution maintient la cadence

A Malesherbes, dans le bâtiment principal d’Interforum - Photo OLIVIER DION

Reconfinement : la distribution maintient la cadence

L’annonce de la fermeture des librairies par Emmanuel Macron, mercredi 28 octobre, ne remet pas en cause la distribution de livres à court terme, indiquent les dirigeants du secteur. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Pierre Georges, Nicolas Turcev,
Créé le 29.10.2020 à 18h49,
Mis à jour le 30.10.2020 à 11h43

« L’ensemble de la chaîne du livre ne veut pas rentrer dans un processus de freinage ». Tel est le crédo, au lendemain de l’annonce par le chef de l’Etat du reconfinement national et donc de la fermeture des librairies, des dirigeants des principales sociétés d’impression et de distribution de livres du pays.

Jeudi 29 octobre en début de journée s’est tenue une réunion au sein de la Commission de liaison interprofessionnelle du livre, réunissant les grands acteurs de la distribution et libraires. « Un consensus général s’est dégagé pour la poursuite des offices, nous allons continuer à les envoyer, au moins pour ceux de la semaine prochaine et de la semaine suivante », résume Stéphane Aznar, directeur général de Média-Diffusion, groupe pour lequel l’office du 6 novembre représente beaucoup d’enjeux, à l’approche des fêtes de fin d’année. L’ensemble des sites resteront ainsi ouverts pour expédier les offices et réassorts durant tout le mois de novembre.

Contactés, les divisions distribution du groupe Hachette ainsi qu’Editis-Interforum confirment elles aussi que leurs offices ne s’arrêteront pas. Chez Dilisco, filiale distribution d’Albin Michel, même son de cloche. « Nous avons prévu de produire les prochains offices comme prévu, à date et avec les quantités demandées. Après la réunion avec les libraires, ces derniers nous ont confirmé vouloir les offices et réassorts livrés comme prévu, et tous prévoient d’au moins mettre en place du click & collect, et de traiter les ventes en collectivité », indique David Gobert, directeur général, précisant qu'il militait pour une réouverture des libraires dans 2 semaines. 

Novembre, et après ?

Mais si aucun distributeur n’indique pour l’instant de changements radicaux dans la gestion des flux pour les jours à venir, qu’en sera-t-il à moyen terme ? « Charge à nous d’adapter nos flux de travail et d’anticiper les baisses d’intensité dans les prochaines semaines », explique Dominique Wettstein, directeur général d’Union distribution, filiale du groupe Madrigall.

« Après les prochains offices, nous allons nous adapter à ce qu’il va se passer, cela peut changer rapidement. Pour l’instant, nous n’avons pas de doctrine spécifique, pas de scénario pour la suite, nous sommes juste bien conscient que les quantités vont baisser, notamment en réassort », précise David Gobert chez Dilisco. « Le secteur de l’édition a montré son incroyable ressort depuis le début de la crise du Covid. Sans présager du futur, nous serons aussi agiles, pragmatiques et engagés auprès des libraires que possible », conclut un message transmis par la communication d’Interforum.





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités