Présidentielle : les onze propositions du SLF aux candidats | Livres Hebdo

Par Cécile Charonnat, le 30.01.2017 à 17h36 (mis à jour le 31.01.2017 à 06h57) - 1 commentaire Librairie

Présidentielle : les onze propositions du SLF aux candidats

Matthieu de Montchalin, président du Syndicat de la librairie française. - Photo OLIVIER DION

L’amélioration de la rentabilité des librairies et un meilleur accès aux marchés publics sont au cœur des mesures sur lesquelles le Syndicat de la librairie française entend interpeller les candidats à l’élection présidentielle.

Lundi 30 janvier, lors de la traditionnelle cérémonie des vœux du Syndicat de la librairie française (SLF), son président, Matthieu de Montchalin (L’Armitière à Rouen) a transmis à Livres Hebdo les onze propositions que le syndicat adresse aux candidats à l’élection présidentielle et aux élections législatives.
 
Reposant sur les deux piliers que sont l’amélioration de la rentabilité des librairies et l’accès aux marchés publics, ces propositions (à télécharger ci-contre) explorent quelques nouvelles pistes, telles l’inscription dans la loi d’une remise fournisseur minimale, la suppression du rabais de 5% accordé aux particuliers, des mesures pour contenir l’évolution des loyers ou la création d’un fonds d’aide à l’exploitation des librairies.
  
Les onze propositions du SLF :
 
  • S’engager à défendre les piliers de la politique du livre : le prix unique, le droit d’auteur, le taux de TVA réduit, les dispositifs d’aide, le Médiateur du livre et la libre fixation des délais de paiement.
  • Adopter des mesures destinées à améliorer la rentabilité des librairies : remise minimale, suppression de la possibilité de rabais aux particuliers, fonds d’aide à l’exploitation des librairies.
  • Dans les marchés publics, abaisser le niveau de rabais sur les ventes aux bibliothèques afin d’assurer une meilleure rentabilité pour les libraires et mieux encadrer les marchés publics de livres afin que les librairies n’en soient pas évincées.
  • Pour les manuels scolaires, limiter le niveau de rabais pouvant être consenti sur les achats et généraliser les dotations aux familles pour l’achat des manuels scolaires des lycéens.
  • Rendre automatique l’exonération de Contribution économique territoriale (CET) pour les librairies bénéficiant du label Librairie indépendante de référence (LIR).
  • Conforter les moyens d’intervention du Centre national du livre (CNL).
  • Mettre en place un dispositif permettant de contenir la progression des loyers des libraires et faciliter l’intervention des collectivités locales en assouplissant le cadre juridique.
  • Défendre le principe d’interopérabilité du livre numérique contre les systèmes fermés imposés par les multinationales du Web, afin de laisser le lecteur libre d’acheter son livre où il le souhaite, y compris en librairie.
  • Mettre en place un tarif adapté pour l’expédition de livres aux particuliers par les libraires, ceux-ci étant défavorisés aujourd’hui par rapport aux multinationales du Web.
  • Défendre la redynamisation commerciale des centres-villes.
  • Renforcer les actions en faveur de l’incitation des jeunes à la lecture.
Les autres chantiers

Le président du syndicat a également profité de la cétémonie des vœux pour évoquer deux chantiers ouverts par le SLF en 2017 : le rapprochement de l’Observatoire de la librairie, lancé par le SLF en 2015, avec Datalib, outil de suivi des ventes créé par l’Adelc (Association de développement de la librairie de création) ; et la transformation du site Librairiesindépendantes.com en un "portail des portails” national de la librairie indépendante, non marchand mais sensé apporter "plus de visibilité et plus d’activité à chaque librairie."
 
En guise de conclusion, Matthieu de Montchalin a tenu à remercier les institutions publiques, l’Adelc et les distributeurs de leur accompagnement et de leur soutien financier dans son processus de reprise du groupe Sauramps, pour lequel le P-DG de L'Armitière est désormais seul en lice.
 

Cet article fait partie du dossier:

Commentaire récent

“ Agir pour la Lecture publique c'est mettre des professionnels du livre dans les écoles élémentaires. Le travail des professeurs documentalistes dans le secondaire doit être amorcé dès la maternel... ” Nadge Le passeur d'histoires il y a 3 ans à 08 h 55
close

S’abonner à #La Lettre