PD James, mort d'une experte | Livres Hebdo

Par Manon Quinti, le 27.11.2014 à 17h36 (mis à jour le 28.11.2014 à 11h58) Décès

PD James, mort d'une experte

PD James

La Britannique, créatrice du fameux personnage de détective Dalgliesh, est décédée à l’âge de 94 ans. Son dernier roman, La mort s'invite à Pemberley, a été publié chez Fayard en 2012, puis par Audiolib et Le Livre de Poche en 2013.

P.D. James, doyenne du roman policier en Grande-Bretagne, est décédée aujourd'hui à l'âge de 94 ans à Oxford, a annoncé sa maison d'édition, Faber&Faber. "C'est avec une grande tristesse que la famille de P.D. James annonce qu'elle est morte paisiblement à son domicile à Oxford dans la matinée du 27 novembre 2014", a annoncé sa maison d'édition en début d'après-midi. "Outre son talent et son grand professionnalisme, les éditions Fayard se souviendront d’une personnalité chaleureuse et enthousiaste", salue la maison d'édition française de l'auteure.

De son vrai nom Phyllis Dorothy James, la Britannique est l’auteure d’une vingtaine de romans policiers, genre qu'elle refusait de considérer comme mineur. Ses best-sellers mettent en scène le personnage d’Adam Dalgliesh, détective érudit, dès son premier roman, A visage couvert (1962). En France, c’est Fayard qui publie ses livres, ensuite réédités par Le Livre de Poche.

Anoblie par la reine d'Angleterre

Le succès international arrive avec La meurtrière, paru en 1980 (publié en 1991 par Fayard). Traduite dans de nombreuses langues, l'auteure a été récompensée maintes fois. Elle a été distinguée par la reine d'Angleterre et a reçu en 1991 le titre de baronne et siégeait à la Chambre des Lords. Présidente de la Société des auteurs depuis 1997 au Royaume-Uni, elle a été honorée par les plus grandes universités britanniques. 

Plusieurs de ses aventures ont été adaptées à la télévision, dans des séries en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Au cinéma, son roman Les fils de l'homme a été transposé par Alfonso Cuaron (Gravity) en 2006. Elle a publié son dernier roman, La mort s'invite à Pemberley, en 2011 (Fayard). Grande admiratrice de Jane Austen, elle avait imaginé, dans cet ouvrage, une suite à Orgueil et Préjugés, en y introduisant un crime. Ce choix lui apporte un nouveau public : Fayard a écoulé 120 000 copies, alors que les précédents ouvrages de l'auteure se vendaient aux alentours de 100 000 exemplaires.

Née en 1920, elle a quitté l’école à 16 ans. Elle se marie à l’âge de 21 ans et déménage à Londres. Elle accouche de deux filles alors que les bombardements allemands font rage dans la capitale britannique. Son mari rentre du front avec des problèmes mentaux. James doit alors prendre toute la responsabilité de nourrir la famille, en travaillant dans l’administration d’un hôpital. Elle commence à dédier ses soirées à l’écriture, alors que ses filles sont à l’internat et son mari à l’hôpital.

L’auteure raconte qu’elle a toujours aimé les romans policiers, mais confie qu’elle était incapable d’explorer les "expériences traumatisantes" de sa propre vie en fiction, rapporte The Guardian. Le genre l’a attirée de par son goût pour l’ordre, les structures carrées : "un début, un milieu, et une fin", explique-t-elle. Elle a par ailleurs écrit un livre très personnel, Il serait temps d’être sérieuse (Fayard, 2000), à la fois journal intime et mémoires.

En 2011, P. D. James parle de son nouveau roman et de celle qui l'a inspirée, Jane Austen.


Parmi les nombreuses réactions, notons celle de l'écrivaine Patricia Cornwell sur son fil twitter: "RIP PD James et merci pour m'avoir encouragé quand j'ai commencé".

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre